Le cardinal Brenes et sa délégation évacués de la basilique de Diriamba | Twitter
International
Le cardinal Brenes et sa délégation évacués de la basilique de Diriamba | Twitter

Nicaragua: le cardinal Brenes agressé dans une église

10.07.2018 par Maurice Page

La tension continue de monter au Nicaragua. Le cardinal Leopoldo Brenes, président de la Conférence épiscopale du pays, le nonce apostolique Mgr Stanislaw Waldemar Sommertag, ainsi que plusieurs évêques les accompagnant, ont été pris à partie et malmenés par des partisans du président Ortega, le 9 juillet 2018  à l’intérieur de la basilique San Sebastian de Diriamba, à une quarantaine de kilomètres au sud de la capitale Managua.

Venus voir un petit groupe de manifestants réfugiés dans la basilique Saint Sébastien de Diriamba depuis les affrontements meurtriers du 8 juillet qui ont fait 14 morts, l’archevêque de Managua et sa délégation ont été accueillis par les insultes des pro-Ortega, dès leur arrivée dans la basilique.

Quelque 200 paramilitaires en partie cagoulés ont fait ensuite irruption dans l’église, avec beaucoup de violence, ils ont détruit du mobilier sacré et agressé physiquement les évêques, prêtres et les personnes qui s’y étaient réfugiés, y compris les journalistes.

“Nous avons assisté à une action dure, forte et brutale à l’encontre de nos prêtres. Nous n’avons jamais rien vu de semblable au Nicaragua et cela est véritablement triste” a déclaré le Cardinal Brenes à son retour à Managua. “Avec la violence, nous prenons une voie sans issue. Les problèmes se résolvent avec la raison et le dialogue”; a écrit sur son compte Twitter, l’évêque auxiliaire de Managua, Mgr Silvio Baez qui a été blessé au bras droit pendant l’agression.

La crise a déjà fait 250 morts

Cette agression contre les évêques intervient dans le contexte de la crise sociopolitique qui continue à empirer. Le 7 juillet, le président Ortega a exprimé publiquement sa décision de ne pas démissionner de ses fonctions, comme l’avait demandé l’Eglise, qui joue actuellement un rôle de médiatrice pour tenter de sortir de la crise. “Les règles sont établies par la Constitution par la volonté du peuple. Il n’est pas possible de les changer par le désir d’un groupe de putschistes”, a-t-il déclaré. Le président a également fait des menaces à peine voilées envers les évêques. Selon les contacts locaux de l’agence vaticane Fides, Daniel Ortega aurait ordonné une action énergique pour mettre fin aux protestations avant le 19 juillet, date du 39e anniversaire du “triomphe de la révolution sandiniste”.

Depuis le 18 avril, cette crise nicaraguayenne qui a fait 250 morts et 2’000 blessés se cristallise autour de la présidence de Daniel Ortega, accusé de confisquer le pouvoir et de brider les libertés. Alors qu’une grève des opposants est prévue ce jeudi 12 juillet, le dossier nicaraguayen fera aussi l’objet mercredi 11 juillet d’une réunion à Washington entre les membres de l’Organisation des Etats américains (OEA). (cath.ch/fides/mp)


Les paramilitaires ont tiré à l'arme de guerre sur l'église de la Divine Miséricorde de Managua (Photo:Arquidiocesis de Managua)

Nicaragua: deux étudiants tués dans une église par les forces progouvernementales

L'attaque s'est produite devant la basilique de Saint Etienne à Diriamba, au Nicaragua | © COMECE/ CNS/ Oswaldo Rivas

Nicaragua: la COMECE condamne l’agression contre les leaders religieux

Actualités ›