Ordination d'un diacre marié (Photo: flickr <a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-ND 2.0</a>)
Vatican
Ordination d'un diacre marié (Photo: flickr CC BY-ND 2.0)

Le pape ouvre une brèche en faveur de l'ordination d'hommes mariés

09.03.2017 par Maurice Page

Dans un entretien publié le 9 mars 2017 dans le journal allemand Die Zeit, le pape François ouvre une brèche en faveur de l’ordination d’hommes mariés (viri probati). Le pape souligne aussi être “un homme tout à fait normal”.

L’Eglise doit reconnaître le bon moment où l’Esprit-Saint exige quelque chose, explique le pape. “Nous devons réfléchir si les viri probati sont une solution. Nous devons aussi déterminer quelles tâches ils pourraient accomplir par exemple dans les régions isolées.” Mais dans le même temps, le pontife refuse de laisser le libre choix du célibat aux candidats à la prêtrise. “Le célibat facultatif n’est pas une solution”, assure-t-il.

La question de l’ordination d’hommes mariés ou viri probati est discutée déjà depuis le Concile Vatican II au début des années 1960. L’Eglise catholique de rite latin n’a des prêtres mariés que dans des situations exceptionnelles, notamment lorsqu’il s’agit de prêtres orthodoxes, de pasteurs protestants ou de prêtres anglicans mariés qui se sont convertis au catholicisme. Les Eglises catholiques de rite oriental ont traditionnellement un clergé marié, mais leurs évêques sont choisis parmi les moines qui ont fait vœu de célibat.

Face à la pénurie de prêtres, le théologien allemand Helmut Hoping a suggéré, la semaine dernière, d’ordonner prêtres des diacres permanents dont la plupart sont mariés.

“Je suis un homme tout à fait normal”

Le pape François explique aussi qu’il ne tient pas à être érigé en modèle. “Je suis un homme tout à fait normal qui fait ce qu’il peut. Je suis pécheur et faillible. Nous ne devons pas oublier  que l’idéalisation d’une personne est une forme subtile d’agression.”

François rapporte aussi qu’il prie quotidiennement pour conserver sa paix intérieure et son humour. Face aux attaques contre lui ou contre l’Eglise, il affirme n’avoir pas perdu sa sérénité avec son élection. “Je peux comprendre que ma manière d’aborder les choses ne plaise pas à certains. C’est légitime et humainement enrichissant”, conclut-il (cath.ch/kna/mp)


Frère Pierre Martin de Marolles avec Mgr Morerod lors de son ordination sacerdotale le 24 juin 2017 à l'église du Christ-Roi à Fribourg. (Photo: Grégory Roth)

Pierre de Marolles: un nouveau prêtre dominicain pour la Province de Suisse

Stéphane Défago, à droite de Mgr Jean-Marie Lovey, lors de la messe d'ordination célébrée à Troistorrents (VS). (Photo: Pierre Pistoletti)

Stéphane Défago, nouveau diacre du diocèse de Sion

Actualités ›