Le pape salue les richesses de l’Amérique latine

30.06.2017 par I.MEDIA

Devant les membres de l’Institut italo-latino-américain, qu’il recevait en audience salle Clémentine au Vatican, le 30 juin 2017, le pape François a salué les richesses des pays d’Amérique latine et déplore les dommages causés par l’émigration.

Le pape, lui-même natif d’Argentine, a invité à reconnaître les potentialités des différents pays d’Amérique latine. Ceux-ci, a-t-il estimé, sont riches, pas seulement en ressources naturelles, mais aussi en histoire, en culture.

De plus, dans ces pays à forte majorité chrétienne, les gens sont bons et solidaires avec les autres peuples, a-t-il considéré. Face aux catastrophes naturelles notamment, où ils sont un exemple pour toute la communauté internationale, a salué le pape.

Un “drame de division”

Toutefois, a déploré le successeur de Pierre, ces pays sont confrontés à une émigration qui atteint “un niveau que nous n’aurions jamais imaginé il y a dix ans”. Celle-ci est “un drame de division, entre les familles mais aussi entre les peuples et leur terre d’origine”.

Selon le pontife, beaucoup des causes de l’émigration auraient déjà pu être combattues depuis longtemps, mais il n’est jamais trop tard. Pour cela, les pays doivent coordonner les efforts, non seulement au niveau continental mais aussi avec les autres, en particulier l’Europe.

Créé en 1967, l’Institut italo-latino-américain est une organisation internationale composée de l’Italie et des vingt républiques d’Amérique latine. Elle agit dans les domaines culturel, scientifique et de l’aide au développement. (cath.ch/imedia/xln/bh)


"Aucune maladie n’est cause de l’impureté", a lancé le pape à l'angélus du 11 février 2018. | © flickr/bostoncatholic/CC BY-ND 2.0

Angélus : "le péché nous rend impurs, pas la maladie", affirme le pape

Le trafic d'êtres humains touche surtout les femmes (Photo:Ira Gelb/Flickr/CC BY-ND 2.0)

Les sociétés les plus prospères n'échappent pas au trafic des êtres humains, selon le pape

Actualités ›