Vatican

Le prix de Lubac attribué à une religieuse pour sa thèse sur Catherine de Sienne

Le jury du prestigieux Prix de Lubac, qui récompense les meilleurs travaux de doctorat soutenus dans une université pontificale de Rome, s’est réuni le 26 février 2018 à l’ambassade de France, près le Saint-Siège. La lauréate est une religieuse dominicaine de la Secrétairerie d’Etat, Mère Marie des Anges Cayeux.

Attribué à l’unanimité à l’issue de plus de deux heures de délibérations, le prix en langue française revient à Mère Marie des Anges Cayeux, de la congrégation des dominicaines du Saint-Esprit. Agée de 52 ans, la religieuse est également membre depuis 2011 de la section française au sein de la Secrétairerie d’Etat.

Le désir de Dieu de Catherine de Sienne

Sa thèse récompensée par le jury porte sur un thème novateur en théologie: ‘La centralité du désir de Dieu’ chez sainte Catherine de Sienne. Le désir y est étudié comme une voie de perfection spirituelle et d’union à Dieu. La religieuse a obtenu les félicitations du jury pour ce doctorat soutenu à l’Université pontificale de l’Angelicum à Rome, ainsi qu’une préface du cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat, pour la publication de sa thèse.

Docteur de l’Eglise, sainte patronne de la ville de Rome et co-patronne de l’Europe, Catherine de Sienne (1347-1380) a eu une grande influence sur la réforme de l’Eglise et sur la société médiévale, par le biais de ses nombreuses lettres. Elle a notamment obtenu le retour du pape d’Avignon à Rome. Les réflexions spirituelles de sainte Catherine de Sienne, réunies dans ses Dialogues, développent l’idée d’une «cellule intérieure», nécessaire pour se connaître et connaître Dieu. Par ses écrits, elle est aussi une des saintes protectrices des journalistes et des communicants.

Une somme de 3’000 « sera remise à l’auteure. Une mention spéciale a aussi été attribuée à l’abbé Christian Mongay Nyabolondo, pour son travail intitulé ‘Cosmopolitisme juridico-politique de la paix et intégration cosmopolitique. Jean-Marc Ferry et l’actualité de la proposition kantienne’, soutenu à l’Université pontificale Grégorienne.

Duns Scot et Jean Daniélou

Pour les langues étrangères, le Prix de Lubac récompense deux lauréats ex aequo: Marcella Serafini pour sa thèse sur Duns Scot à l’Université pontificale du Latran, et le Père Gilberto Sabaddin pour son travail doctoral sur le cardinal Jean Daniélou.

Parmi les membres du jury 2017-2018 figurent le cardinal Paul Poupard, président émérite du Conseil pontifical de la culture, le dominicain Serge-Thomas Bonino, secrétaire de la Commission théologique internationale, le Père Laurent Touze, professeur à l’Université de la Sainte-Croix, Denis Moreau, professeur à l’Université de Nantes, Emmanuel Vimercati, doyen de la faculté de philosophie à l’Université pontificale du Latran, le Père Michel Fédou, professeur de théologie au Centre Sèvres à Paris, et Michela Tenace, directrice du Département de théologie fondamentale à la Grégorienne.

Le prix, qui porte le nom du théologien et jésuite français Henri de Lubac (1896-1991), a été fondé en 2004. (cath.ch/imedia/ap/gr)

Une tempéra (~1442) de Catherine de Sienne, au musée des Bons-Enfants, Maastricht, Pays-Bas | Wikimedia Commons / DDP
27 février 2018 | 15:45
par Grégory Roth
Partagez!