Rome dénonce "un manque de volonté politique" face aux violations de la liberté religieuse

10.03.2016 par I.Media

Le Saint-Siège dénonce “un manque de volonté politique” de la communauté internationale pour affronter les causes des violations de la liberté religieuse dans le monde, actuellement en augmentation.

Intervenant le 9 mars 2016, Mgr Richard Gyhra, chargé d’affaires ad interim au sein de la mission permanente du Saint-Siège auprès du bureau des Nations Unies à Genève, a plaidé pour “un sain pluralisme” face à la “globalisation du paradigme technocratique” qui  vise consciemment une “uniformité unidimensionnelle et cherche à éliminer toutes les différences et les traditions”.

Déplorant la limitation que certaines formes de législations nationales imposent à la liberté religieuse, le prélat a assuré que supprimer la religion au nom de la liberté d’expression était “contraire à la nature de la personne humaine”. (cath.ch-apic/imedia/ak/bl/be)


Lagos le 8 mai 2014. Manifestation pour la libération des 276 "filles de Chibok" enlevées par le groupe djihadiste Boko Haram le 13 avril. | © UN photo

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1'000 enfants depuis 2013

Mgr Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. (Photo: Flickr/Paval Hadzinski/CC BY-NC-ND 2.0)

En Arabie saoudite, le cardinal Tauran plaide pour la liberté religieuse 

Actualités ›