Salvation Mountain en Californie: une cathédrale d’un genre particulier | © Flickr/channone/CC BY 2.0
International
Salvation Mountain en Californie: une cathédrale d’un genre particulier | © Flickr/channone/CC BY 2.0

Salvation Mountain: L’amour de Dieu, haut en couleur

21.11.2018 par Philippe Degouy, Cathobel

Si vous croyez avoir déjà vu tous les lieux de culte possibles, il existe dans le désert californien un endroit qui saura vous laisser bouche bée. Son nom? Salvation Mountain, la montagne du salut. La folie d’un homme, Leonard Knight, qui a construit sa cathédrale pour incarner son amour pour Dieu. Une cathédrale peinte qui mérite une visite.

Nombreux sont les lieux de culte qui impressionnent ou étonnent. Salvation Mountain en Californie dépasse peut-être tout ce que l’on peut imaginer. Une cathédrale d’un genre particulier qui constitue l’œuvre d’un seul homme, Leonard Knight. Comme un témoignage minéral adressé à Dieu et devenu au fil du temps un lieu visité par des milliers de croyants venus du monde entier pour se recueillir en plein désert et découvrir ce que la foi peut déclencher.

Une histoire étonnante qui débute en 1967 quand Leonard Knight, âgé de 35 ans, découvre la puissance de la foi. De passage dans cette région de Californie pour son travail, l’homme s’y est installé en 1984 pour édifier cette montagne du salut dédiée à Dieu et à l’amour du prochain. A la manière des constructions indiennes, en adobe, il a édifié une première montagne, qui s’est effondrée en 1986. Pas disposé à renoncer à son but pour autant, Leonard Knight a tout reconstruit. Avec la foi comme ciment de sa volonté. Et la peinture pour protéger sa construction contre le vent et la pluie. Les multiples couches apposées depuis des décennies ont composé une couche de protection qui maintient intacte la construction.

27 ans d’une vie

Leonard Knight dans sa cathédrale | © Flickr

Une édification qui ne s’est pas faite sans soucis. Après l’échec de la première mouture, la montagne du salut a aussi fait face à la volonté des autorités de nuire au projet de Leonard Knight. Un monument religieux non loin d’un camping constituait à leurs yeux un souci majeur. S’est ajoutée aussi une suspicion de toxicité liée à la peinture utilisée. Grâce au soutien des habitants de la région et aux tests effectués par un laboratoire indépendant, tout risque de danger pour la santé a été écarté définitivement pour permettre à Leonard Knight de poursuivre son œuvre en paix.

L’homme a passé plus de 27 ans dans le désert à édifier cette œuvre d’art destinée à incarner sa foi en Dieu. Et aujourd’hui partagée par les visiteurs et les volontaires qui ont repris le flambeau pour perpétuer la tâche. La Salvation Mountain a été consacrée en 2000 “site d’art populaire digne de préservation et de protection.”. Un site bien vivant. La montagne du salut évolue en effet avec le sablage continu provoqué par le vent et les retouches de peinture effectuées par les membres de la Salvation Mountain Inc. L’association qui s’est mise en place pour préserver cet endroit si particulier que Leonard Knight avait dédié à Dieu avec l’espoir de susciter plus de compassion au sein de la société.

Le salut dans le désert

Un endroit et des sensations qui se méritent. Et qu’il faut aller dénicher dans son écrin en plein cœur du désert de Californie, dans l’Imperial Valley, à quelque 200 kilomètres de San Diego, point de départ idéal pour ce pèlerinage d’un genre spécial.

Mile après mile, les paysages désertiques se suivent, superbes mais d’une solitude infinie. Un voyage de découverte qui s’effectue sous une chaleur écrasante. Un désert qui rappelle cette phrase terrible de Dante dans La Divine comédie: “Llaissez toute espérance, vous qui entrez“. Pas une trace de vie sur des dizaines de kilomètres, à part quelques voitures croisées. Mais rien ne doit nous détourner de l’envie de voir ce monument dressé en amour de Dieu par Leonard Knight, disparu en 2014.

Passée la traversée de Niland, petite ville sans charme et écrasée par la chaleur ambiante, l’arrivée à proximité de Salvation Mountain laisse sans voix. Un silence quasi monacal accueille le visiteur, qui n’a d’e yeux que pour cette montagne peinte, aux couleurs vives et aux messages d’amour dédiés à Dieu. Si l’on peut craindre un cadre habité par une secte mystique, il n’en est rien. Personne ne vient vous aborder avec des messages délirants. L’endroit est plutôt propice au recueillement et au respect. Comme si l’on visitait une cathédrale plus classique. La Salvation Mountain se visite. On peut la gravir au moyen d’escaliers jaunes taillés dans la roche. Une visite vraiment surprenante pour l’étranger.

Dons… en pots de peinture

Ce qui frappe d’emblée, c’est cet immense cœur peint sur la montagne avec ce message fort: Dieu est amour. Autour de la montagne peinte, davantage une grosse colline qu’une montagne d’ailleurs, avec ses 15 mètres de hauteur et ses 45 mètres de large, des épaves de véhicules recouvertes de messages d’amour et d’extraits de la Bible attirent l’attention. Et permettent de jolis clichés pour le moins originaux. Pour l’anecdote, Salvation Mountain et son créateur apparaissent dans le film de Sean Penn, Into the Wild (2007) ainsi que dans de nombreux clips musicaux qui témoignent de cette œuvre pour le moins originale et dédiée à Dieu. Un sacré spectacle à admirer au milieu de nulle part.

La visite des lieux est gratuite, mais un tronc permet de récolter les dons, avec une inscription que l’on pourrait traduire ainsi: “Des dons mais uniquement si effectués avec le cœur”. Depuis les débuts de ce projet, nombreux furent les généreux donateurs en… pots de peinture. Difficile d’estimer la quantité de pots utilisés pour exprimer haut en couleur l’amour de Dieu, mais Leonard Knight parlait de plus de 378. 000 litres de peinture employés depuis le début.

S’il est exagéré d’affirmer que la grande foule se presse autour du monument, force est de constater que l’on rencontre néanmoins de nombreux curieux, touristes et croyants venus se recueillir dans le désert chaud et sec de ce coin de Californie.

Si Jésus a passé 40 jours dans le désertQ, quelques heures suffisent pour découvrir ce lieu de culte pour le moins étonnant et réellement magnifique, r. Réalisé par la volonté de Leonard Knight pour célébrer son amour de Dieu haut en couleur. Un homme qui ne cherchait pas à s’enrichir au moyen de sa réalisation mais simplement à exprimer son amour. Pour Dieu et son prochain, toujours bienvenu dans cet endroit reculé. Comme un renvoi à Jésus, parti jeûner 40 jours dans le désert.

Dénuement et prières

Avec une modeste caravane sans aucun confort, Léonard Knight a jeûné à sa manière. En délaissant le consumérisme de la société américaine pour vivre dans le dénuement et les prières. Un moine d’un genre nouveau et dont la cathédrale est aujourd’hui préservée pour les générations futures. Le 15 mai 2002, la sénatrice californienne Barbara Boxer a prononcé un discours devant le Sénat en demandant le classement du site comme trésor national à préserver.

Reste un endroit étonnant qu’il serait dommage de rater lors d’un prochain voyage dans ce coin des Etats-Unis, dont l’autre pôle d’attraction réside dans la visite du parc récréatif de Salton Sea. Une étrange mer salée et une station balnéaire devenue fantôme. Mais comme disrait Kipling, “ceci est une autre histoire“.


Cathobel – Hebdomadaire Dimanche n° 41 du 18 novembre 2018

 


Pour la première fois, quatre femmes officieront comme Suisses d'église à la cathédrale de Cologne | DR

Un bastion masculin tombe à la cathédrale de Cologne

La cathédrale St-Antoine de Padoue de Zinguinchor menace de s'effondrer | DR

La cathédrale de Ziguinchor menace de s'effondrer

Actualités ›