Dossier

S. Iseppi : «Face à la mort un questionnement sur Dieu surgit» (2/4)

2

«En trois ans, j’ai accompagné une centaine de personnes en fin de vie», témoigne Sandro Iseppi, aumônier d’hôpital. «Nous avons beau dire que nous sommes dans une société déchristianisée et sécularisée, face à la mort il y a souvent un questionnement sur Dieu qui apparaît ou resurgit, même timidement…»

Silvana Bassetti, Courrier Pastoral Genève

«Dans le désarroi, même des personnes éloignées de la religion expriment souvent le désir d’un geste, de quelque chose de concret et d’une présence d’Eglise», relève Sandro Iseppi. Dans ces instants difficiles, souvent porteurs d’interrogations spirituelles ou religieuses, les rituels qui permettent de célébrer et bénir sont une source de réconfort pour la famille et la personne mourante. Célébrer et bénir, deux verbes qui sonnent de manière contradictoire à l’heure de la maladie et de la mort. Et pourtant…

«En trois ans, j’ai accompagné une centaine de personnes en fin de vie»

«En trois ans, j’ai accompagné une centaine de personnes en fin de vie. Souvent quand je rentre dans la chambre d’hôpital du malade, la famille est présente. Il y a une attente, un grand désemparement, une difficulté à identifier le bon comportement à avoir en ces moments. Chaque cas est différent, pourtant il s’agit souvent d’accueillir la souffrance, parfois la colère, l’incompréhension ou l’indignation que suscite la mort », témoigne Sandro Iseppi, aumônier de la Pastorale de la Santé de l’Eglise catholique romaine.

Dire du bien

« En général, c’est le personnel soignant qui appelle les aumôniers au chevet de la personne en fin de vie, parfois la famille, plus rarement le malade lui-même. La plupart du temps, la demande est celle d’une simple prière ou alors les personnes se renseignent pour savoir s’il y a un rite ou autre chose à faire », observe l’aumônier. Parfois le patient a déjà reçu l’onction des malades, anciennement appelée extrême onction. C’est un sacrement que seuls les prêtres peuvent administrer. «Mon rôle d’aumônier laïc au chevet des mourants et de leurs proches est différent.

Sandro Iseppi est aumônier laïc catholique en hôpital | DR

Pour mettre des gestes et des paroles sur ce «passage» et accompagner la séparation, je propose la bénédiction des mourants, selon un rituel mis au point par le diocèse allemand de Rothenburg-Stuttgart. Ce rituel, souligne Sandro Iseppi, permet de manifester la présence de Dieu et utilise un langage proche des gens. J’ai traduit ce livret en français et j’ai trouvé des traductions en d’autres langues», explique l’aumônier. Selon son expérience, cette bénédiction est un outil précieux pour avancer par étapes, avec des mots et des gestes adéquats.

Que dire, que faire?

« La confrontation avec la mort est difficile. Parfois la famille ne sait pas que faire et me demande de l’aide». L’aumônier n’est pas toujours accueilli à bras ouverts ! «D’aucuns m’expliquent qu’ils ne sont pas croyants, ou qu’ils sont même hostiles à l’Église, mais que leur maman en fin de vie est croyante et c’est pour cela qu’ils m’ont appelé. Dans certaines situations, parmi les proches au chevet du malade il y a des athées ou des fidèles d’autres religions. J’adapte donc la bénédiction afin de pouvoir accueillir toutes les personnes qui souhaitent être présentes ».

Le livret de la bénédiction des mourants, ponctué de prières, de lectures de la Bible, de gestes et de silences, propose des formulations différentes et adaptées à des situations particulières, notamment pour accompagner la mort d’un adolescent ou d’un enfant. «Dans ces circonstances, il est essentiel de s’adresser aux parents, de nommer leur douleur, leurs questions et leurs doutes, et même leur colère contre Dieu. Il faut prendre en considération la détresse de l’impuissance et leur dire qu’ils ont fait tout ce qui était humainement possible pour sauver la vie de leur enfant. La bénédiction permet de se réunir pour prier Dieu même quand nous nous demandons pourquoi Dieu permet qu’une vie s’éteigne si tôt », souligne Sandro Iseppi.

«Ces gestes, ces paroles, ces instants vécus ensemble aident à vivre une présence, une communion»

Dans sa structure, la bénédiction permet aux personnes de vivre cette séparation dans la communion, de célébrer et rendre hommage à la vie de la personne et de confier à Dieu le mystère de la mort qui nous dépasse.

La bénédiction en fin de vie

La bénédiction des mourants commence toujours par nommer la personne en fin de vie, par l’accueil des présents et le rappel de la présence de Dieu à nos côtés. Après une prière et une lecture biblique, suit une invitation à vivre un moment de silence pour se souvenir de ce qui les relie au mourant, avant la formule de bénédiction proprement dite. 

« A la fin de chaque bénédiction, je laisse toujours du temps pour permettre aux présents de se rapprocher de la personne en fin de vie pour poser à leur tour un geste qui leur convient, un signe qui vient du cœur, lui tenir ou caresser sa main, chanter une petite chanson ou dire une prière. Cela prend du temps, mais ce moment est important. Par rapport au personnel soignant souvent affairé, nous, les aumôniers, avons cette disponibilité. On termine par une dernière bénédiction pour la famille, en demandant à Dieu de lui donner force, patience et consolation », précise Sandro Iseppi.

Ces moments sont précieux. Ils n’enlèvent rien à la douleur qui peut même s’exprimer plus fort. Mais ces gestes, ces paroles, ces instants vécus ensemble aident à vivre une présence, une communion, à exprimer des sentiments envers le mourant; Ils deviennent un témoignage et favorisent un début de sens. «Cela permet de commencer à accepter cette étape de la vie et le travail de deuil », souligne l’aumônier.

Apaisement et réconfort

«Ce n’est pas de la magie et je reste humble, mais le constat est là. Au cours de ce rituel, j’observe un apaisement qui s’installe, un réconfort. Les traits des visages changent malgré la tristesse et la très grande douleur. J’ai vu des personnes en colère s’apaiser, comme cette jeune femme enceinte en révolte contre son père mourant à la suite d’un geste suicidaire. Au terme de la bénédiction, elle a pu se réconcilier et lui pardonner son geste ».

«Un moment fort qui les a un peu réconciliés avec la foi et parfois avec l’Église»

« Je me souviens également de cette autre jeune fille, victime d’une grave maladie et dans le coma. Les parents croyants étaient terrorisés par la situation. Ils voyaient que leur fille était agitée et en souffrance. La mère m’a confié la douleur de voir sa fille dans cet état mais aussi son bonheur de la savoir encore en vie. Lors de la bénédiction, dès que nous avons prononcé le nom de la jeune fille et tracé le signe de croix sur elle, la jeune s’est apaisée. Au terme du rituel, les parents aussi étaient plus calmes, comme habités par une paix intérieure. La jeune femme est décédée les jours suivants et les parents m’ont remercié».

La bénédiction invite à la paix

L’aumônier se dit lui-même troublé et émerveillé par ce qu’il observe. Il évoque aussi l’étonnement du personnel soignant quand parfois, au moment où il pose sa main sur la personne mourante, les paramètres des appareils qui indiquent une détresse se stabilisent.

«Il arrive que même des non-croyants me remercient. Souvent quelques jours après le décès de la personne, ils se manifestent et évoquent une paix intérieure, un moment fort qui les a un peu réconciliés avec la foi et parfois avec l’Église». (cath.ch/sba/mp)

Suite
Face à la mort il y a souvent un questionnement sur Dieu qui apparaît ou resurgit, même timidement | Godong

L'approche de la fin de vie est souvent une étape difficile. Mais à entendre les personnes actives dans les soins palliatifs, parler de mort, c'est d'abord parler de la vie

Articles