Vatican

Synode sur l'Amazonie: le cardinal Baldisseri précise le programme

Après avoir amendé l’Instrumentum laboris – l’instrument de travail du synode sur l’Amazonie –  pendant une dizaine de jours, les Pères synodaux travailleront à partir d’une ébauche du document final, a expliqué le cardinal Lorenzo Baldisseri. Le secrétaire général du Synode des évêques a précisé que le document final sera présenté le 25 octobre et voté le lendemain.

Rapporteur général du synode, le cardinal brésilien Claudio Hummes, archevêque émérite de Sao Paulo, rappelant le thème général du Synode – «Amazonie: nouveaux chemins pour l’Eglise et pour une écologie intégrale», a affirmé qu’il écoutera «le cri des pauvres et de la terre».

Ecouter «le cri des pauvres et de la terre»

Pendant les trois semaines de la phase dite ‘de célébration’ du synode sur l’Amazonie, 185 Pères synodaux – ainsi que d’autres participants chargés de les épauler – auront le regard tourné vers l’immense territoire de l’Amazonie. Ils alterneront entre les congrégations générales et les circoli minori (les petits groupes), a rappelé le cardinal Baldisseri.

Après six congrégations générales, commenceront le 9 octobre les premières sessions en petits groupes. Jusqu’au 11 octobre, les Pères synodaux pourront échanger sur ce qui sera apparu lors des séances plénières et commenceront à élaborer les premières contributions autour de l’Instrumentum laboris. Ce dernier est un document ‘martyr’, fait pour être largement commenté, modifié et enrichi, a détaillé le cardinal italien. L’objectif est même, a-t-il souligné, d’en élaborer un nouveau.

Majorité absolue des membres exigée

Les congrégations générales reprendront le 12 octobre, à partir de midi. Elles se tiendront jusqu’au 15 octobre. Les circoli minori reprendront les 16 et 17 octobre. Dans l’après-midi de cette seconde journée, se tiendra une séance générale pour y partager les derniers fruits des discussions des petits groupes. A cette date, s’enclenchera le processus d’élaboration du projet de document final à partir de ce qui aura été exposé dans l’aula mais aussi et surtout de la synthèse des contributions de chacun des circoli minori, a indiqué le cardinal Baldisseri.

Ce projet sera ensuite présenté en congrégation générale le 21 octobre. Immédiatement après, a précisé le secrétaire général du Synode, les circoli minori se pencheront sur ce brouillon et il fera l’objet de discussions en vue de proposer des amendements collectifs. Ils doivent par conséquent être approuvés à la majorité absolue par les membres des circoli, a-t-il précisé.

Rédaction du projet de document final

 
L’examen des amendements se déroulera sous la coordination du rapporteur général, le cardinal Hummes, épaulé notamment des deux secrétaires spéciaux: Mgr David Martinez de Aguirre Guinea, vicaire apostolique de Puerto Maldonado (Pérou), et le nouveau cardinal Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section migrants et réfugiés du Dicastère pour le service du développement humain intégral.

Le document final sera préparé par une commission spéciale, a affirmé le cardinal Baldisseri. Elle sera composée du rapporteur général, du secrétaire général du Synode des évêques, des secrétaires spéciaux et de sept Pères synodaux, a-t-il développé. Quatre seront élus par les Pères synodaux et trois nommés par le pape François. Cette commission aura pour tâche de coordonner et de superviser l’élaboration des textes synodaux, à leurs différents stades d’avancement jusqu’au projet de document final du synode.

Le pape François aura le dernier mot

La version finale de ce dernier sera présentée à l’aula le 25 octobre au matin. L’objectif, a précisé le cardinal, est de laisser suffisamment de temps pour la lecture individuelle du texte. Le document final sera voté au cours de la dernière congrégation générale, le 26 octobre dans l’après-midi. Il sera ensuite remis au pape François, qui aura le dernier mot.

Par ailleurs, avant la conclusion de cette assemblée synodale, une autre étape sera d’élire les membres du conseil spécial ‘post-synodal’ du Secrétariat général du Synode. L’objectif d’un tel conseil est de participer à la troisième phase du synode, dite ‘d’application’. Cette élection aura lieu le 25 octobre.

Une équipe de communicants

En outre, une équipe est chargée de communiquer pendant ce synode, a encore rappelé le cardinal italien. Elle est dirigée par Paolo Ruffini, préfet du Dicastère pour la communication. Elle sera composée du Père jésuite Giacomo Costa, secrétaire spécial du synode, mais aussi du directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, ou encore du directeur éditorial du Dicastère pour la communication, Andrea Tornielli.

En feront également partie, Mauricio López Oropeza, secrétaire exécutif du Réseau ecclésial pan-amazonien (REPAM), et la Sœur Maria Irene Lopes Dos Santos, en service au sein de la Conférence épiscopale brésilienne. A leurs côtés seront élus quatre membres choisis par les Pères synodaux. (cath.ch/imedia/pad/be)

Le Synode sur l'Amazonie devra écouter «le cri des pauvres et de la terre» | © Jacques Berset
7 octobre 2019 | 14:11
par I.MEDIA
Partagez!