St-Gall a ouvert une boutique de silence | © kathsg
Suisse
St-Gall a ouvert une boutique de silence | © kathsg

Une oasis de silence au cœur de la frénésie de l’Avent saint-gallois

04.12.2018 par Maurice Page

Plus les fêtes de Noël approchent, plus la vie quotidienne devient trépidante. Afin de contrer cette agitation, une “boutique de silence” vient d’ouvrir ses portes en vieille-ville de St-Gall. Elle n’a rien à vendre mais offre un espace de tranquillité.

Depuis le début décembre, la boutique sise au numéro 10 de l’Hinterlaubenstrasse abrite un commerce bien particulier, rapporte le Sankt Galler Tagblatt. A l’enseigne “PopUpStille” le magasin éphémère propose à ses visiteurs un lieu et un moment de détente, de repos et de silence.

A l’initiative de l’Eglise dans la cité, les clients découvrent un lieu de paix au milieu de l’agitation des achats. Le premier espace, allongé, est utilisé pour la ‘décélération’. Les visiteurs sont accueillis au comptoir à l’entrée. Ils peuvent y déposer leurs courses et leurs manteaux et s’y réchauffer avec une tasse de thé. “Un menuisier a fabriqué des chaises en bois spécialement pour ce projet”, a expliqué Matthias Wenk, assistant pastoral de la “Cityseelsorge”. Le second espace est une salle de méditation. L’ambiance y est très calme au milieu de tapis, de poufs et de tabourets.

Gratuitement et sans engagement

“Dans le silence, on se perçoit immédiatement différemment, explique Matthias Wenk. Aller au fond de soi-même est déjà une forme de spiritualité. Dans la tradition chrétienne, le silence et l’introspection ont toujours été un accès à la foi. Ici, vous pouvez venir les tester gratuitement et sans engagement. Nous avons délibérément choisi un magasin en ville, plutôt qu’une église, pour s’ouvrir à un maximum de personnes”.

La boutique est tenue en permanence par au moins deux personnes. “Nous avons 25 bénévoles pour nous aider”, se réjouit Wenk. L’espace a été loué par la “Cityseelsorge” jusqu’en février 2019. (cath.ch/dp)


Le pape François | © Jacques Berset

Pape François: l’Avent, un temps pour ouvrir des "perspectives d’espérance"

Pour Nelly Schenker, être pauvre, c'est être sans parole | © Natacha Rostetsky ATD Quart Monde

Nelly Schenker: "Une longue, longue attente" (2/4)

Actualités ›