Franziska Driessen-Reding est la nouvelle présidente du Conseil synodal de l'Eglise catholique dans le canton de Zurich | © Francesca Trento
Suisse
Franziska Driessen-Reding est la nouvelle présidente du Conseil synodal de l'Eglise catholique dans le canton de Zurich | © Francesca Trento

Zurich: première femme à la tête du Conseil synodal de l'Eglise catholique

13.04.2018 par Francesca Trento, kath.ch/traduction et adaptation: Raphaël Zbinden

Franziska Driessen-Reding a été élue le 12 avril 2018 présidente du Conseil synodal de l’Eglise catholique dans le canton de Zurich. Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste dans le canton.

La Zurichoise remplace Benno Schnüriger, qui présidait le Conseil synodal depuis 2007. Cette instance constitue l’exécutif de la corporation ecclésiastique dans le canton de Zurich.

Vous êtes la première femme à occuper ce poste. Que pouvez-vous y faire de mieux que les hommes?
Franziska Driessen: De mieux, je ne sais pas. Je viens du secteur de la pédagogie, j’ai été longtemps professeure d’économie familiale. C’est un aspect qui m’a fait douter jusqu’au bout de mon élection à la présidence.

Pourquoi cela?
Mon concurrent, Daniel Otth, vient du secteur financier et a étudié la théologie. Si vous me comparez à lui sans nous connaître personnellement et sans connaître nos méthodes respectives de travail, il pouvait sembler plus approprié pour ce poste.

Pensez-vous que c’est la raison pour laquelle l’élection a été si serrée, avec 56 voix contre 41?
Honnêtement, j’espérais que ce serait serré. Parce que je considère que nous étions tous les deux des candidats appropriés.

“Un de mes atouts est peut-être ma veine sociale.”

Que pouvez-vous donc apporter avec votre formation?
Un de mes atouts est peut-être ma veine sociale – sans vouloir dire que Daniel Otth n’en a pas. Je travaille dans le domaine de la migration. Je défends la vision d’une Eglise zurichoise qui s’engage pour les défis actuels: nos migrants, nos réfugiés. Le seul fait qu’un tiers des catholiques du canton n’ait pas de passeport suisse devrait déjà orienter notre travail pastoral et ecclésial.

L’Eglise catholique en Suisse en fait-elle assez pour les migrants?
Je peux parler avant tout de notre canton de Zurich. Nous sommes très bien positionnés ici, au niveau de la pastorale des migrants. Nous avons 20 personnes qui travaillent dans ce secteur.

Donc tout est parfait, il n’y a plus rien à améliorer?
Rien n’est jamais parfait. C’est avant tout la coopération entre les paroisses et ces agents pastoraux actifs auprès des migrants qui doit être améliorée. Il y a encore des paroisses qui ne veulent pas avoir affaire avec les migrants – ou qui n’ont peut-être pas encore compris que les migrants ont contribué à la croissance des catholiques en Suisse, ces dernières années.

“La coopération entre les paroisses et ces agents pastoraux actifs auprès des migrants qui doit être améliorée.”

Est-ce pour cela que vous avez accueilli, il y a deux ans, un jeune Erythréen dans votre foyer?
Il y a deux ans, lorsque l’on parlait beaucoup des réfugiés d’Erythrée en Suisse, l’Eglise catholique à Zurich a également réagi. A l’époque, je pensais que ce qui était fait n’était pas suffisant. J’en ai donc discuté avec ma famille et il est rapidement devenu évident que nous devions accueillir nous-mêmes un réfugié. Mes enfants m’ont alors dit: “Il faut que ce soit un jeune homme. C’est pour eux que c’est le plus dur”.

Quelles autres thèmes souhaitez-vous aborder au cours de votre mandat?
Le rôle des femmes dans l’Eglise catholique est également un sujet qui me tient à coeur. Il faut faire quelque chose pour améliorer la situation.

Votre élection n’est elle pas signe que les choses ont déjà changé?
Je suis très honorée d’avoir été élue, et je n’arrive toujours pas à le croire. Mais non, rien n’est encore fait. Même si les femmes sont bien représentées dans le Parlement de l’Eglise à Zurich, il ne constitue pas l’ensemble de l’Eglise catholique.

“Dans le domaine pastoral, les femmes ne sont toujours pas égales aux hommes.”

Dans quels autres domaines des progrès sont-ils nécessaires?
Dans le domaine pastoral, les femmes ne sont toujours pas égales aux hommes. J’espère que cela changera- et je m’y engage.

Il existe des groupes qui travaillent pour les droits des femmes, comme “l’Eglise avec les femmes” (Kirche mit den Frauen). Qu’en pensez-vous?
J’aurais aimé aller en pèlerinage à Rome avec ce groupe! Malheureusement, cela n’a pas été possible pour moi en termes de temps et d’organisation. Mais je consulte souvent leur site web et je suis avec attention leurs nouveaux projets. Mais oui, je pourrais apporter une contribution encore plus active.

Outre les tensions concernant le rôle des femmes dans l’Eglise, il y a des tensions entre l’évêque de Coire et l’Eglise dans le canton de Zurich. Quelle est votre opinion sur le sujet?
Il y a bien un conflit. Mais rien n’est insoluble. J’espère que nous aurons un évêque plus actif dans la prise en charge de Zurich et qui soit vraiment présent. Le vicaire général du diocèse de Coire est certes représenté au Conseil synodal de Zurich. Mais je voudrais un évêque qui vienne plus fréquemment sur place.

Souhaitez-vous la création d’un diocèse de Zurich?
Ce sujet n’est pour l’instant plus d’actualité. Dans l’absolu, c’est quelque chose que je souhaite. A mon avis, des cantons aussi grands et importants sur le plan international que Genève et Zurich devraient avoir leur propre diocèse.

Ceci dit, les autorités du diocèse de Coire et la Conférence des évêques suisses se sont déjà exprimées sur le sujet, et leur conclusion a été qu’un diocèse de Zurich n’est pas nécessaire, qu’il faut considérer la Suisse dans son ensemble. Je continuerai à travailler pour cette perspective, mais je suis réaliste: cela ne se réalisera pas dans les prochaines années. (cath.ch/kath/ft/rz)


Des religieuses de l'abbaye de Fahr (AG) se mobilisent pour le vote des femmes au synode (Photo:Facebook)

Mouvement mondial pour le vote des femmes au synode

La Dr Myriam di Marco, une des organisatrices de la semaine à la Faculté de Lugano | © catt.ch

Les facultés de théologie se mobilisent pour la promotion de la femme

Actualités ›