En visite chez Benoît XVI au monastère 'Mater Ecclesiae'

Sa voix n’est qu’un murmure, ses jambes sont faibles aussi. Mais les yeux et l’esprit du pape émérite restent éveillés. Benoît XVI est en paix avec lui-même. Et son confident Georg Gänswein s’occupe de lui.

Ingo-Michael Feth, CIC / traduction Maurice Page

Si vous voulez rendre visite à l’ancien pape bavarois, vous devez grimper haut. Derrière Saint-Pierre, les jardins du Vatican s’élèvent en terrasses. La route étroite serpente jusqu’à la colline qui a donné son nom au Vatican. Peu avant le point le plus haut, le chemin étroit se termine devant une lourde porte en fer.

Maison de retraite au monastère

Ici commence le petit royaume qui est devenu la retraite de l’ancien pontife de l’Église catholique: le monastère " Mater Ecclesiae «, un petit palais de style romain avec une annexe moderne en briques et une chapelle. Devant, il y a un jardin d’ornement avec des tonnelles, des fontaines, des haies de buis bien entretenues et des parterres de fleurs.

A l’entrée, l’archevêque Georg Gänswein, dans sa double fonction de Préfet de la Maison pontificale du pape François et fidèle secrétaire particulier de Benoît XVI, vous attend. Il est aussi chez lui ici. L’accès au «papa emeritus» se fait uniquement par ‘Don Georg’, comme on l’appelle au Vatican. Mgr Gänswein est, chaque fois que ses fonctions de préfet le lui permettent, aux côtés de son mentor de longue date, qui est devenu pour lui un second père.

Serment d’allégeance de Georg Gänswein

Le 19 avril 2005, le jour où Ratzinger a été élu pape, il lui a prêté serment d’allégeance. «Bien sûr, cela est valable pour toujours, jusqu’au dernier moment», précise Gänswein, quand on fait des spéculations sur sa carrière personnelle.

Dans l’entrée de la maison, le regard tombe sur un cœur en pain d’épices richement décoré de l’Oktoberfest de Munich. Des visiteurs l’avaient apporté avec eux. «En fait, il aurait dû aller quelque part dans la cuisine «, explique l’archevêque, qui vient de la Forêt-Noire. «Mais nos soeurs ont pensé qu’il devait être visible pour tout le monde. Parce que là où un coeur accueille des invités, on doit se sentir en sécurité.»

Quand il parle des sœurs, il entend les religieuses italiennes qui dirigent la maison pontificale depuis que Benoît s’est installé au Palais apostolique en 2005, et qui l’ont également suivi dans sa maison de retraite. De la cuisine, l’odeur des pâtisseries sucrées se répand dans la maison. " Au début, les sœurs ont dû apprendre à cuisiner à la mode bavaroise «, révèle Don Georg.

Souvenirs de la patrie bavaroise

La maison est pleine de souvenirs de la patrie bavaroise. Des photos de famille, une copie de la Vierge ‘Patrona Bavariae’, une photo de la maison familiale à Marktl am Inn, un palmier du Chiemgau à Herrgottswinkel. Le monde d’un homme qui, en tout état de cause, ne reverra plus jamais sa patrie et ne peut que retourner en pensée aux endroits où il a vécu.

    «Je suis un vieil homme à la fin de ma vie.»

«Je suis un vieil homme à la fin de ma vie», répond Benoît XVI à la question sur sa santé. Ses mots ne sont qu’un murmure, sa voix est faible et fragile. Il est assis, la tête et les épaules légèrement fléchies, dans un fauteuil gris. Mais ses yeux sont vifs et bien éveillés. Il n’a pas non plus perdu son sens de l’auto-dérision: " Autrefois, j’avais une grande bouche, maintenant ça ne marche plus «, il respire presque en s’excusant et sourit.

Les jours du pape émérite suivent toujours une séquence ordonnée. La matinée commence par la sainte messe dans la chapelle du monastère, avec la communauté de la maison. Il n’est plus capable de prêcher, comme il l’a fait jusqu’à il y a quelque temps encore.

Dans la bibliothèque

Benoît passe beaucoup de temps dans son bureau, dont les murs sont tapissés de bibliothèques surchargées de livres. Parmi eux, bien sûr, les œuvres complètes du théologien Josef Ratzinger. «Toutes les étapes de ma vie sont contenues dans ces livres», explique Benoît. «Si je travaille encore ici tous les jours? Oui, oui, c’est normal.» Même s’il ne peut plus écrire de longs textes.

Malgré ses maux, il a presque 93 ans, il reste aussi discipliné qu’il l’a été tout au long de sa vie sacerdotale. Une petite promenade dans les jardins du Vatican avec la prière du chapelet font partie de sa vie quotidienne. En fin d’après-midi, le pape émérite, accompagné de Mgr Gänswein, se fait conduire à la Grotte de Lourdes avec une voiturette de golf. De là, vous pouvez profiter d’une vue panoramique sur la basilique Saint-Pierre, la Ville éternelle et les Monts Sabins.

Regarder la télévision

Benoît s’enfonce dans la prière: pour son successeur François, pour l’Église, pour le monde avec tous ses points chauds. Le pape émérite est toujours bien informé. Le soir, il voit d’abord le «Rundschau» à la télévision bavaroise, suivie en général par l’émission «Heute» sur la ZDF. Plus tard, le «Telegiornale», le principal programme d’information de la RAI 1 italienne.

Recevoir les vieux amis allemands

Les groupes plus importants ne sont plus admis chez le pape âgé. Trop de gens le gênent, car il entend mal. Il préfère recevoir ses invités individuellement, surtout les vieux amis d’Allemagne. Quatre fois par an, son frère Georg de Ratisbonne vient lui rendre visite. Sinon, ils se téléphonent chaque jour.

A-t-il jamais regretté sa démission? La réponse est donnée par Mgr Gänswein, qui a vécu ces jours de février 2013 à ses côtés: " Non. La démission a été une longue prière et une décision qu’il n’a jamais regrettée. Il est complètement en paix avec lui-même.» (cath.ch/cic/imf/mp)

Documentaire TV sur Benoît XVI
La télévision bavaroise ARD 1  a consacré le 2 janvier 2020 un documentaire d’une trentaine de minutes au pape émérite Benoît XVI mêlant des images actuelles de sa retraite au monastère Mater Ecclesiae au Vatican à de nombreux document d’archives et témoignages de ses proches.  

redaction

Portail catholique suisse

https://www.cath.ch/newsf/en-visite-chez-benoit-xvi-au-monastere-mater-ecclesiae/