Suisse

Bâle: des militants de gauche perturbent un culte de Noël

Des militants d’un groupe extrémiste de gauche ont perturbé un culte protestant de Noël, le 24 décembre 2019, dans une église de Kleinhüningen, au nord de Bâle. Les activistes encapuchonnés voulaient protester contre la participation de la pasteure luthérienne à un site internet d’extrême droite.

Après 22h, la veille de Noël, le culte venait de débuter lorsqu’un groupe de personnes assises dans les premiers rangs se sont encapuchonnées, avant brandir une banderole avec l’inscription «La paix plutôt que l’agitation» (Frieden statt Hetze), rapporte la Basler Zeitung (BaZ). Les militants ont demandé à la pasteure Christine Dietrich «de prendre position contre l’islamophobie et le racisme en ce jour d’amour.» Les perturbateurs reprochaient à l’ecclésiastique ses interventions sur «Politically Incorrect», un site d’orientation nationaliste.

Selon la BaZ, Christine Dietrich aurait effectivement publié des textes sur la plateforme en question, notamment pour dénoncer les courants religieux, en particulier dans l’islam, réprimant les droits des femmes. Le site se serait nettement radicalisé vers l’extrême droite, ces dernières années, et la pasteure aurait publiquement pris ces distances avec ce dernier. Les responsables du service religieux ont rapidement expulsé les militants de l’église.

Une action punissable par la loi

Christine Dietrich s’est déclarée choquée par cette action. Elle a regretté que les activistes s’en soient pris à toute la communauté ecclésiale pour l’atteindre elle. La pasteure a assuré que de nombreuses personnes avaient eu leur cérémonie de Noël «totalement gâchée» par l’incident et que des enfants avaient été effrayés.

L’Eglise luthérienne de Bâle envisagerait de porter plainte. Une action qui, selon Samuel Althof, spécialiste bâlois de l’extrémisme politique, serait recevable. Les militants pourraient en effet être inculpés non seulement pour intrusion illicite, mais aussi pour ” atteinte à la liberté de religion et de culte «, selon l’article 261 du Code pénal.

Samuel Althof se dit en outre choqué par cette action. «Pendant toutes ces années de travail dans la prévention de la violence, je n’ai jamais rien vu de tel, assure-t-il. Une église représente encore un espace protégé dans la société d’aujourd’hui.» (cath.ch/baz/rz)

L'église protestante de Kleinhüningen, au nord de Bâle | © Dr. Nachtigaller/Wikimedia/CC BY-SA 4.0
26 décembre 2019 | 16:08
par Raphaël Zbinden
Partagez!