International

Les évêques américains votent pour un document sur l'Eucharistie

Les évêques américains ont approuvé le 18 juin 2021 à une large majorité un plan visant à rédiger un document pour examiner la «signification de l’Eucharistie dans la vie de l’Église», après un long débat lors de leur assemblée générale de printemps. 

La décision d’aller de l’avant a été adoptée par 168 voix contre 55 et 6 abstentions. Ce résultat permet à la commission doctrinale de la conférence épiscopale des Etats-Unis (USCCB) de rédiger un document et de le présenter pour discussion lors de l’assemblée de novembre, rapporte Catholic News Service.

Ce document devrait comprendre dans sa troisième partie une section sur la «cohérence eucharistique» pour les politiciens catholiques, puis sur la «dignité» de l’accès à la communion en référence à tous ces croyants, comme le président Joe Biden, qui occupent des fonctions publiques et soutiennent la législation en faveur de l’avortement, de l’euthanasie, des unions homosexuelles.

Pendant plus de deux heures, 43 évêques ont pris la parole en ligne pour exprimer leurs points de vue sur la nécessité d’un tel document à un moment où les catholiques reviennent à une participation régulière à la messe après la levée des restrictions liées à la pandémie. Et sur son opportunité face aux risques de fracture dans l’unité d’une Église déjà confrontée à de nombreux défis. Les évêques ne sont pas parvenus à un consensus au cours de la discussion. Ils ont voté par voie électronique immédiatement après la fin de la deuxième journée de réunion.

Comme prévu, les points de vue divergent

La plupart des évêques ont accueilli favorablement l’idée de renforcer l’enseignement sur l’Eucharistie, d’autant plus que cette démarche fait partie du plan stratégique 2021-2024 de la Conférence épiscopale américaine.

Dans une présentation enregistrée, Mgr Kevin C. Rhoades évêque de Fort Wayne-South Bend, Indiana, président de la commission doctrinale, a passé en revue les grandes lignes du document, qui comprendrait trois parties, sous-titrées «L’Eucharistie, un mystère à croire», «L’Eucharistie, un mystère à célébrer» et «L’Eucharistie, un mystère à vivre».

Telle qu’elle est proposée, chaque partie comprend trois sujets qui seraient abordés, à savoir, respectivement, la présence réelle du corps et du sang du Christ dans la communion; l’unité, la beauté et l’identité comme «source et sommet de toute la vie chrétienne»; et la transformation morale, la cohérence eucharistique et la vie de disciple missionnaire.

Déclin de la foi dans la présence réelle

Le document n’a jamais été destiné à présenter des normes nationales pour la réception de l’Eucharistie, mais à servir d’outil d’enseignement pour les catholiques sur la réception de la sainte communion comme un don rempli de grâces, a-t-il précisé.

Le texte a été élaboré à la lumière du déclin de la croyance des catholiques en la présence réelle de l’Eucharistie, ainsi que des longues absences de la participation régulière à la messe, qui ont pu conduire les gens à accorder moins d’importance à l’Eucharistie dans leur vie. La commission doctrinale veut répondre à la «nécessité d’un renouveau unifié et fort de la signification de l’Eucharistie dans la vie de l’église».

Pas de normes nationales pour les politiques

Au cours d’une conférence de presse à la fin de la réunion, Mgr Rhoades a évoqué la correspondance adressée le 7 mai par le cardinal Luis Ladaria, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi au Vatican, exhortant les évêques américains à procéder avec prudence dans leurs discussions sur la formulation d’une politique nationale «pour aborder la situation des catholiques occupant des fonctions publiques qui soutiennent la législation autorisant l’avortement, l’euthanasie ou d’autres maux moraux». «Notre intention n’était pas de développer des normes nationales. Notre plan n’est pas d’aller dans cette direction», a déclaré Mgr Rhoades.

L’Eucharistie ne doit pas devenir une arme politique

La troisième partie du document a suscité les objections les plus larges de la part de plus d’une douzaine d’évêques, qui ont estimé qu’elle semblait viser une seule catégorie de catholiques – ceux qui, dans la vie politique, soutiennent le maintien de la légalité de l’avortement.

Mgr Robert M. Coerver évêque de Lubbock, au Texas, a dit craindre que le document ne soit  utilisé comme une arme politique, en vue des élections au Congrès en 2022 et de la campagne présidentielle de 2024. D’autres évêques ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le processus d’adoption du document semblait «précipité». Certains membres de l’USCCB, comme le cardinal de Chicago, Blase Cupich, se sont prononcés contre la proposition d’élaborer un document sur l’Eucharistie, affirmant que l’insistance de certains évêques à le produire immédiatement pourrait se transformer en un «piège»: «Ils veulent que nous publiions des déclarations pour faire quelque chose contre les politiciens qui ont des positions contraires à notre enseignement».

Pour le cardinal Tobin, archevêque de Newark, tout effort visant à soutenir «l’exclusion catégorique des dirigeants politiques catholiques de l’Eucharistie sur la base de leurs positions de politique publique» pourrait conduire la conférence épiscopale «au cœur de la lutte partisane toxique qui a déformé notre culture politique même».

Les évêques contestataires ont indiqué qu’ils pourraient soutenir le projet si la troisième section était abandonnée au profit d’un texte qui mettrait l’accent sur la théologie catholique.

Un consensus a semblé se développer autour d’une proposition de Mgr Michael W. Warfel de Great Falls-Billings, Montana, qui a suggéré que les évêques organisent des rencontres régionales tout au long de l’été pour discuter du contenu du document.

Menace contre l’unité de l’Eglise

Plusieurs prélats, dont le cardinal Wilton D. Gregory de Washington, ont exprimé la crainte que l’adoption d’un document à un moment où il y a des divisions entre les évêques ne menace davantage l’unité de la conférence épiscopale et de l’Église dans son ensemble.

«Nous devons passer du temps, du temps personnel, dans des conversations franches et directes  pour renforcer l’unité au sein de notre conférence et avec notre peuple avant de prendre les prochaines mesures sur une déclaration ou un plan d’action», a-t-il estimé. (cath.ch/cns/mp)

Mgr José Horacio Gómez Velasco, archevêque de Los Angeles, nouveau président de la Conférence épiscopale catholique des Etats-Unis | Capture d'écran
20 juin 2021 | 15:36
par Maurice Page
Avortement (132), Communion (27), Etats-Unis (407), Eucharistie (66), Joe Biden (32), USCCB (25), Washington (23)
Partagez!