La délégation française en Irak dans les locaux de la radio Al-Salam, à Erbil (Photo:  Oeuvre d'Orient)
International
La délégation française en Irak dans les locaux de la radio Al-Salam, à Erbil (Photo: Oeuvre d'Orient)

Une délégation de l'épiscopat français auprès des chrétiens d'Irak

24.04.2016 par Jacques Berset, cath.ch

A l’instar du patriarche chaldéen irakien Louis Raphaël Sako et des autres évêques irakiens rencontrés sur place, Mgr Georges Pontier, de retour du Kurdistan irakien, a estimé sur les ondes de Radio Vatican que l’avenir des chrétiens irakiens est avant tout en Irak.

“Nous sommes aussi prêts à recevoir de notre mieux ceux qui arrivent jusque chez nous, mais nous ne sommes pas dans une dynamique de les inciter à venir chez nous”, a-t-il souligné.

L’archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France s’est rendu en Irak du 17 au 21 avril 2016, à la tête d’une délégation de la Conférence des évêques de France (CEF), pour une visite de solidarité avec les chrétiens de la Plaine de Ninive. Ces derniers sont réfugiés depuis près de deux ans au Kurdistan, après la prise de leurs villes et villages par les djihadistes de Daech, le prétendu “Etat islamique”.

Soutien spirituel et matériel

La délégation, dont faisaient partie Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire général de la CEF, et Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, a ainsi tenu à manifester le “soutien spirituel et matériel” des catholiques de France à ces réfugiés. Exemple concret de ce soutien: quelque 400 étudiants, accueillis par le diocèse de Kirkouk, peuvent poursuivre leur cursus universitaire, grâce, justement, à l’aide financière de l’Eglise de France.

A Erbil, sur les ondes de Radio Al-Salam, une radio locale destinée aux réfugiés irakiens, Mgr Georges Pontier avait déjà souligné qu'”on a besoin des chrétiens ici. L’immigration n’est pas une aventure facile, elle réussit pour quelques-uns, mais le plus grand nombre va énormément souffrir et sûrement plus qu’ici parce qu’ils auront coupé leurs racines”.

“La majorité des chrétiens restent en Irak”

“Nous avons rencontré quand même quelques familles qui étaient parties et qui sont revenues, parce que le changement culturel était trop dur à leurs yeux… Nous sommes vraiment pour aider les chrétiens à faire des projets sur place, à tenir, et à y demeurer”. Mgr Pontier comprend cependant que ces jeunes adultes qui étudient se posent des questions quant à leur avenir, comme chrétiens, dans ce pays.

La majorité des chrétiens restent en Irak, affirme Mgr Pontier, “et on ne parle pas assez de  ceux qui restent et qui veulent contribuer à l’avenir de leur pays et de la présence chrétienne au Moyen-Orient”. “Les chrétiens d’Irak veulent rester dans leur pays, ce sont des citoyens irakiens”, estime également Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient.

Avec cette visite, la délégation de l’Eglise de France entend soutenir les chrétiens irakiens persécutés par les djihadistes de Daech, tant matériellement que psychologiquement. Il relève que ce ne serait pas acceptable de résoudre une épuration génocidaire en facilitant le départ des chrétiens de leur terre. (cath.ch-apic/radvat/be)


Mgr Youssif Thomas Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk et de Souleymanieh ¦ © Jacques Berset

En Irak, les Américains ont exacerbé le sectarisme, déplore Mgr Mirkis

Mgr Yousif Tomas Mirkis, archevêque de Kirkouk, s'est exprimé devant les évêques de France (© Jacques Berset)

Les évêques de France "nationalisent" le fonctionnement des séminaires

Actualités ›