Philippe Aymon

«Cette pensée unique est le fruit de la mondanité», réflexion sur une prédication du pape François

Les homélies que prononce le pape François lors de la messe matinale à la chapelle de la Maison Sainte Marthe sont toujours habitées par une petite phrase qui marque les esprits et qui retient l’attention.
Lors de la messe de ce 18 novembre, le pape ne s’est pas contenté d’une petite phrase, il y est allé de tout un paragraphe. Sa critique du «progressisme adolescent» et sa façon de remettre au goût du jour la lecture du livre des Maccabées, nous interpelle sur la pensée unique, ou le «religieusement correct» qui convient si bien à «l’esprit mondain» qui, une fois de plus, se retrouve dans le collimateur de Sa Sainteté !
J’avoue ne pas comprendre l’allusion à: «cela, nous l’avons lu dans les journaux ces derniers mois». Ainsi que la critique directe de ceux qui négocient leur identité et leur appartenance au peuple de Dieu. Toujours est-il qu’à l’heure où l’Église s’interroge sur la famille et le couple – en prévision du prochain Synode, il est à espérer que cette petite réflexion pontificale donnera à réfléchir, afin que les critères de discernement ne soient pas ceux décriés par le pape lui-même: «être comme tout le monde, être plus normaux, faire comme tout le monde, avec ce progressisme adolescent
Plus d’un, et pas seulement chez les traditionalistes, ont reproché à une certaine lecture du Concile d’avoir ouvert «la boite de Pandore» de l’adaptation au monde, en lieu et place de l’évangélisation du monde. Il est certainement bon de suivre le Conseil que nous donne le pape François: «Avec l’esprit des enfants de l’Église, prions le Seigneur pour que, par sa bonté, par sa fidélité, il nous sauve de cet esprit mondain qui négocie tout». Un conseil qui ressemble étrangement à ceux que donnait son prédécesseur, à ceux que donnaient ses prédécesseurs.
Abbé Philippe AYMON

 

P.S. : Les prédications prononcées par le pape à la maison Sainte Marthe, se retrouvent normalement en ligne sur le site du Centre de Télévision du Vatican (CTV). Je pensais vous proposer le lien vers la prédication de ce 18 novembre, hélas cette dernière n’est pas disponible… ci-dessous vous trouvez néanmoins un résumé de cette prédication.
«Et ceci est une contradiction : on ne négocie pas les valeurs mais on négocie la fidélité. Et ceci, c’est justement le fruit du démon, du prince de ce monde, qui fait entrer dans l’esprit mondain.» (Extrait)

Non à la pensée unique d’un « progressisme adolescent

«Pour son homélie, en la chapelle de la maison Sainte-Marthe, le pape s’est inspiré de la première lecture de la messe du jour (Maccabées 1,10-64), dénonçant la « racine perverse » de la mondanité quand les guides du peuple vont « négocier » pour se rapprocher d’autres traditions.

On ne négocie pas la fidélité

« C’est comme s’ils disaient : «nous sommes progressistes, nous allons dans le sens du progrès, là où va tout le monde» ». Mais ils négocient « la fidélité au Dieu toujours fidèle ». « Ceci s’appelle apostasie, adultère… ils négocient exactement l’essentiel de leur être : leur fidélité au Seigneur ».

Il s’agit d’un « esprit de progressisme adolescent » qui « croit qu’avancer dans n’importe quel choix est mieux que de rester dans les habitudes de la fidélité ».

« Et ceci est une contradiction : on ne négocie pas les valeurs mais on négocie la fidélité. Et ceci, c’est justement le fruit du démon, du prince de ce monde, qui fait entrer dans l’esprit mondain ».

Et ensuite, viennent les conséquences : « Ce n’est pas la belle mondialisation de l’unité de toutes les nations – chacune avec ses usages, mais unies – mais c’est la mondialisation de l’uniformité hégémonique, c’est la pensée unique. Et cette pensée unique est le fruit de la mondanité. »

Enfin, lorsque « toutes les nations se conforment aux prescriptions royales », « le roi construit l’abomination de la désolation sur l’autel des holocaustes ».

Non à la pensée unique

« Mais, Père, cela existe encore aujourd’hui ? Oui. Parce que l’esprit mondain existe encore aujourd’hui, et pousse, aujourd’hui encore, à cette envie d’être progressiste avec la pensée unique. Si on trouvait le Livre de l’alliance chez quelqu’un et si quelqu’un obéissait à la Loi, la sentence du roi le condamnait à mort : et cela, nous l’avons lu dans les journaux ces derniers mois. Ces gens ont négocié leur fidélité à leur Seigneur ; ces gens, poussés par l’esprit du monde, ont négocié leur identité, ont négocié leur appartenance à un peuple, un peuple que Dieu aime beaucoup, de qui Dieu veut faire son peuple ».

Aujourd’hui, a mis en garde le pape, on pense qu’il faut « être comme tout le monde, être plus normaux, faire comme tout le monde, avec ce progressisme adolescent ».

« Mais ce qui console, c’est que devant ce chemin de l’esprit du monde, du prince de ce monde, ce chemin d’infidélité, le Seigneur est toujours là, il ne peut se renier lui-même, il est le Fidèle ; Lui, il nous attend toujours, il nous aime tellement et il pardonne lorsque, nous repentant des pas, des petits pas que nous avons faits dans cet esprit de mondanité, nous allons à Lui, le Dieu fidèle envers son peuple qui n’est pas fidèle ».

« Avec l’esprit des enfants de l’Église, prions le Seigneur pour que, par sa bonté, par sa fidélité, il nous sauve de cet esprit mondain qui négocie tout ; qu’il nous protège et nous fasse avancer, comme il a fait avancer son peuple dans le désert, en le prenant par la main, comme un papa qui porte son enfant. En tenant la main du Seigneur, nous avancerons en sécurité », a conclu le pape.»

SOURCE: ZENIT, Avec Hélène Ginabat pour la traduction, © Innovative Media Inc.

20 novembre 2013 | 20:29
par Philippe Aymon
Partagez!