Philippe Matthey

Evangile de dimanche: en chemin du service

Jésus va son chemin… Après la mer et ses rives étrangères, puis la montagne et ses sommets de lumière, il traverse la Galilée, terre familière avec les siens. Tous les lieux de vie, les plus proches comme les plus lointains, les plus hauts comme les plus bas sont ainsi habités par le Fils de l’homme. Là où sont les hommes, Dieu est présent non comme un simple visiteur mais comme un serviteur solidaire de notre condition humaine.

Nous savons par la foi que ce chemin est aussi celui de la croix. Par son enseignement, Jésus nous apprend le chemin de la fidélité de Dieu. Il va jusqu’à affronter la mort en donnant sa vie pour ceux qu’il aime et ouvrir par là un chemin de liberté : ressuscité pour une vie nouvelle. Ses disciples, autre nom de ceux qui reçoivent l’enseignement d’un maître, ne comprennent rien. Trois d’entre eux avaient été les témoins de la transfiguration de leur Seigneur sur la montagne : comment accepter qu’il descende dans les ténèbres de la mort? Ils sont paralysés par la peur qui les ferme à tout dialogue.

Pas étonnant alors qu’ils cherchent un autre chemin. Et là ils tombent dans le piège de se grandir eux-mêmes en cherchant à obtenir la première place. Ils n’ont pas compris que cette place leur était offerte par Jésus en les guidant sur un chemin de croissance, celui du service. Le vrai serviteur est celui qui, attentif aux besoins de l’autre, donne de lui-même pour y répondre. Jésus inverse ainsi le mouvement comme il en a l’habitude: c’est en se faisant petit aux pieds de ses disciples qu’il leur donne leur vraie dimension, celle du frère bien-aimé.

«Un enfant c’est un homme en chemin qui est prêt à tout recevoir de l’autre pour devenir grand.»

En plaçant un enfant au milieu d’eux, Jésus passe de la parole aux actes et manifeste la priorité de son amour à ceux qui sont disponibles pour l’accueillir. Son chemin est celui de l’accueil de l’autre comme lui-même se donne à accueillir. L’enfant, en effet, nous est présenté comme «modèle de l’accueil du Christ car il sait qu’il a besoin de plus grand que lui pour vivre et pour grandir». Un enfant c’est un homme en chemin qui est prêt à tout recevoir de l’autre pour devenir grand.

En embrassant cet enfant Jésus embrasse toute forme de fragilité humaine: il s’identifie à ce petit qu’il considère comme son frère et qu’il nous donne à aimer. Il met au centre de notre vie le service de la fraternité comme ce qui grandit l’humanité. Dans l’évangile de Matthieu c’est même la conclusion de son enseignement: «ce que vous avez fait à l’un des plus petits d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait!» S’il y a l’un d’eux, c’est qu’il y en a d’autres, anonymes et petits: «l’enfant est la figure du plus petit, de l’être dans le besoin» Il est ce prochain que Jésus place au centre de notre vie pour nous donner de l’aimer comme lui nous aime. L’accueil du prochain et le service au petit deviennent le meilleur chemin pour ressembler à Jésus et à Celui qui l’a envoyé!

Philippe Matthey | Vendredi 17 septembre 2021


Mc 9, 30-37

En ce temps-là,
    Jésus traversait la Galilée avec ses disciples,
et il ne voulait pas qu’on le sache,
    car il enseignait ses disciples en leur disant :
« Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ;
ils le tueront
et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
    Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles
et ils avaient peur de l’interroger.
    Ils arrivèrent à Capharnaüm,
et, une fois à la maison, Jésus leur demanda :
« De quoi discutiez-vous en chemin ? »
    Ils se taisaient,
car, en chemin, ils avaient discuté entre eux
pour savoir qui était le plus grand.
    S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit :
« Si quelqu’un veut être le premier,
qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
    Prenant alors un enfant,
il le plaça au milieu d’eux,
l’embrassa, et leur dit :
    « Quiconque accueille en mon nom
un enfant comme celui-ci,
c’est moi qu’il accueille.
Et celui qui m’accueille,
ce n’est pas moi qu’il accueille,
mais Celui qui m’a envoyé. »

«Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous.» | © Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0
17 septembre 2021 | 17:00
par Philippe Matthey
Partagez!