Bernard Miserez

Evangile de dimanche: la signature de Dieu

Il se tient là, devant son chef d’œuvre. Des mois durant, il a travaillé sa toile, subtilement, à l’écoute de cette source qui l’habite. Aujourd’hui, l’artiste-peintre contemple son tableau. Et puis, dans un silence recueilli, il pose sa signature comme un dernier geste lumineux. Tout est achevé.

A écouter l’Évangile de ce dimanche, nous pourrions ressentir quelque crainte devant les paroles de Jésus. Cette description de catastrophes qui anticipent l’avènement du Fils de l’homme donne à penser à la fin du monde ou plutôt à la fin d’un monde. Les luminaires de l’univers seront ébranlés par des signes annonciateurs du retour du Christ sans compter la frayeur des nations devant le déchainement de la mer et des flots.

Ne nous y trompons pas. Ce n’est pas la fin du monde dont il est question. Il s’agit plutôt de la finition du monde. Un peu comme l’artiste qui signe son chef d’œuvre, le retour du Christ viendra achever la création en récapitulant tout en lui.

Le Père Pierre Teilhard de Chardin, jésuite, n’hésitera pas à parler de christification. Tout sera christifié. L’avènement du Christ, au terme de l’histoire, assume la création et révèle, en même temps, la victoire de l’Amour sur toutes les forces du mal.

«Ne nous y trompons pas. Ce n’est pas la fin du monde dont il est question. Il s’agit plutôt de la finition du monde.»

Le temps de l’Avent fait mémoire de ce retour. Un temps privilégié pour nourrir l’espérance. Un temps d’attente pour ouvrir nos vies à la naissance de l’Enfant-Dieu. Tout est dit lorsque Jésus nous invite à veiller, à nous tenir prêts pour son retour glorieux. Mais, nous le savons, ce Dieu qui vient, ne cesse de venir à nous. Chaque moment vécu porte quelque chose du mystère de la visite du Christ. Chaque événement peut éveiller notre foi à la présence souvent inattendue du Seigneur. La marche vers Bethléem devient ainsi un chemin de joie. La proximité de Dieu se donnera à voir désormais dans la faiblesse et la vulnérabilité de l’Emmanuel.

«Tenez-vous sur vos gardes» nous dit Jésus. Aucune crispation, aucune angoisse, aucune crainte. Il suffit de veiller, de discerner en demeurant fidèle à la vie reçue comme un don. Cette manière d’habiter le monde laisse entrevoir la paix et la réconciliation. Veiller est une façon d’aimer et aimer, c’est attendre quelque chose qui ne peut être défini par notre raison seulement. L’amour conduit toujours au mystère.

L’invitation à veiller que nous lance Jésus nous apprend à retrouver la confiance. Peut-être, a-t-elle été, ces derniers temps, mise à l’épreuve par tant d’événements. Le temps de l’Avent désigne justement la joie secrète et le désir inouï de vivre l’Infini de Dieu. Ce n’est pas sans raison que l’Avent se propose comme un commencement où la nouveauté nous attend. Cette nouveauté a le visage d’un Enfant et l’Enfant est signe de promesses.

Vivre ce temps de l’Avent comme des veilleurs qui attendent l’aurore d’un monde nouveau! L’espérance est à vivre aujourd’hui, car Il est proche le Seigneur Emmanuel.

Bernard Miserez | Vendredi 26 novembre 2021


Lc 21, 25-28.34-36

Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
    « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.
Sur terre, les nations seront affolées et désemparées
par le fracas de la mer et des flots.
    Les hommes mourront de peur
dans l’attente de ce qui doit arriver au monde,
car les puissances des cieux seront ébranlées.
    Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée,
avec puissance et grande gloire.
    Quand ces événements commenceront,
redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche.

    Tenez-vous sur vos gardes,
de crainte que votre cœur ne s’alourdisse
dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie,
et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste
    comme un filet ;
il s’abattra, en effet,
sur tous les habitants de la terre entière.
    Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous aurez la force
d’échapper à tout ce qui doit arriver,
et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

Vivre ce temps de l’Avent comme des veilleurs qui attendent l’aurore d’un monde nouveau! | © Berna/Evangile et peinture
26 novembre 2021 | 22:49
par Bernard Miserez
Partagez!