La musique: technique pure ou émotion?


On juge facilement une interprétation musicale d’un point de vue technique. On dira volontiers d’un chœur qu’il est excellent, parce que les voix de ses chanteurs sont travaillées, que la fusion de l’ensemble est bonne, etc. De même, on attend d’un bon orchestre que ses musiciens maîtrisent leur instrument et sachent jouer ensemble. Un soliste devra, quant à lui, avoir une certaine virtuosité, maîtriser les notes, le rythme, et l’articulation propre à son instrument. Pourtant, cela suffit-il vraiment à faire de bons musiciens?

La musique, avant d’être un art complexe est avant tout un langage véhiculant des émotions. L’interprète restant au niveau technique risque fort de ne pas faire passer son message. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte en participant à des festivals internationaux de chant choral. Certains ensembles peuvent revendiquer une quasi perfection. Leur musique pourrait, par exemple, très bien passer en enregistrement, mais, en concert, elle semble dessinée sur du papier glacé. La beauté y est, mais pas le partage, et le public s’ennuie vite, ayant le sentiment d’assister à un spectacle dans lequel il ne peut pas entrer. Dernièrement, j’ai vu un chœur venu de l’autre bout de l’Europe manifester un certain sentiment de supériorité sur les autres ensembles invités au festival. Or, ces mêmes choristes ont versé une larme après le concert, au restaurant, en entendant «Herrnun, lässest du» de Mendelssohn, reprenant les paroles du cantique de Siméon. Ils avaient été rattrapés par l’émotion de cette simple «version d’apéro», loin d’être techniquement parfaite…

Attention toutefois à ne pas croire que seule l’émotion compte. La maîtrise technique reste primordiale, mais elle doit savoir se faire discrète face à ce que la musique a à transmettre. La musique est un langage. Or, dans n’importe quelle langue, il ne suffit pas de savoir faire des phrases à la perfection pour être poète. De même, dans la musique, il faut vouloir communiquer. C’est alors que la musique peut parler de Dieu…

La musique: technique pure ou émotion?

On juge facilement une interprétation musicale d’un point de vue technique. On dira volontiers d’un chœur qu’il est excellent, parce que les voix de ses chanteurs sont travaillées, que la fusion de l’ensemble est bonne, etc. De même, on attend d’un bon orchestre que ses musiciens maîtrisent leur instrument et sachent jouer ensemble. Un soliste devra, quant à lui, avoir une certaine virtuosité, maîtriser les notes, le rythme, et l’articulation propre à son instrument. Pourtant, cela suffit-il vraiment à faire de bons musiciens?

La musique, avant d’être un art complexe est avant tout un langage véhiculant des émotions. L’interprète restant au niveau technique risque fort de ne pas faire passer son message. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte en participant à des festivals internationaux de chant choral. Certains ensembles peuvent revendiquer une quasi perfection. Leur musique pourrait, par exemple, très bien passer en enregistrement, mais, en concert, elle semble dessinée sur du papier glacé. La beauté y est, mais pas le partage, et le public s’ennuie vite, ayant le sentiment d’assister à un spectacle dans lequel il ne peut pas entrer. Dernièrement, j’ai vu un chœur venu de l’autre bout de l’Europe manifester un certain sentiment de supériorité sur les autres ensembles invités au festival. Or, ces mêmes choristes ont versé une larme après le concert, au restaurant, en entendant «Herrnun, lässest du» de Mendelssohn, reprenant les paroles du cantique de Siméon. Ils avaient été rattrapés par l’émotion de cette simple «version d’apéro», loin d’être techniquement parfaite…

Attention toutefois à ne pas croire que seule l’émotion compte. La maîtrise technique reste primordiale, mais elle doit savoir se faire discrète face à ce que la musique a à transmettre. La musique est un langage. Or, dans n’importe quelle langue, il ne suffit pas de savoir faire des phrases à la perfection pour être poète. De même, dans la musique, il faut vouloir communiquer. C’est alors que la musique peut parler de Dieu…

Auteur