Jean-Jacques Friboulet

La vie est indivisible

J’écoutais samedi dernier à la radio romande Marie de Hennezel qui est une psychologue française ayant beaucoup fait dans son pays pour le développement des soins palliatifs et qui a accompagné François Mitterrand à la fin de ces jours.

Elle disait «Tous les acquis que nous avons eus sur les droits des personnes en fin de vie sont mis à mal. La liberté de refuser un traitement ou de préférer voir sa famille plutôt qu’être protégé n’est pas entendue. Nous avons beaucoup travaillé à ce que la liberté des personnes soit protégée.» Elle ajoutait: «Je plaide pour un aménagement, une liberté pour ceux qui dirigent les EHPAD de privilégier une dimension humaine. Il faut trouver un juste rapport entre la folie hygiéniste et la dimension humaine.»

Lors d’une séance–bilan en octobre sur le confinement du printemps, le gérontopôle de Fribourg, qui regroupe toutes les associations s’occupant des seniors, avait souligné la grande souffrance des résidents des EPHAD causée par l’interdiction des visites des familles; et encore plus celle des malades d’Alzheimer. Nous savons que notre degré de civilisation est mesuré par le sort que nous réservons aux plus faibles. Or, début novembre, les cantons du Valais et de Fribourg ont de nouveau interdit les visites dans les homes. De même ils ont sévèrement limité les assistances aux cérémonies religieuses et supprimé toutes les manifestations culturelles et sportives. Seules les activités économiques ont été maintenues. Comme l’a dit un commentateur, la vie a été réduite à «métro-boulot-dodo».

Certes nous affrontons une pandémie sans précédent et nos hôpitaux sont obligés de faire appel à des collaborations intercantonales. Mais ce ne sont pas nos aînés qui ont fait circuler le virus dans des fêtes sans contrôle et ce ne sont pas les fidèles avec leurs masques qui l’ont dispersé massivement. Protéger les personnes est favorable, les mettre sous cloche est inutile et dommageable. En prenant ces mesures arbitraires nos autorités, siégeant en petit comité, ont privilégié des soucis gestionnaires au détriment des besoins fondamentaux des malades.

«A-t-on pensé à ce que l’on fait subir à un malade d’Alzheimer pour qui on interdit les visites?»

Il existe une autre difficulté. Les cantons ont agi comme si la vie pouvait être découpée en tranches: la vie corporelle, la vie émotionnelle, la vie affective, la vie économique, la vie spirituelle, la vie culturelle, la vie politique, la vie sociale. Or la personne est une. Si l’analyse peut en distinguer les différents aspects, la réalité ne le peut pas. On ne peut amputer la personne d’une partie essentielle de sa vie sans provoquer de graves dommages.

Les dimensions affective et spirituelle sont essentielles. A-t-on pensé à ce que l’on fait subir à un malade d’Alzheimer pour qui on interdit les visites? On le détruit à petit feu. Plus généralement, la réduction de la vie affective et la suppression de toute forme de contact provoquent déjà des dégâts psychiques dont sont témoin les psychologues et les psychiatres. Il est nécessaire de raison garder et de ne pas interdire aux familles et aux personnes de se rencontrer. Il faut leur permettre de le faire dans un cadre approprié et avec des mesures-barrière, mais éviter dans ce domaine tout interdit.

L’Avent va commencer à la fin de ce mois. Nous allons l’aborder en pleine incertitude. Qu’est-ce que nous allons faire pour que Noël soit une nouvelle aurore? De fait l’Avent est pour le croyant une période d’attente et d’espérance. Il nous incite à nous laisser surprendre et à regarder au cœur de nos vies ce qui est germe pour le futur. Le Christ est venu sur terre pour s’incarner dans les différentes dimensions de nos personnes et entrer en relation avec nous. Prenons garde de ne pas ériger entre nous et avec lui des barrières artificielles. Au moins autant que le COVID, c’est un des grands périls de la période présente.

Jean-Jacques Friboulet

25 novembre 2020

En cette période de pandémie, de nombreuses personnes en institution souffrent de la solitude | photo d'illustration © Alyssa L. Miller/Flickr/CC BY 2.0
25 novembre 2020 | 07:13
par Jean-Jacques Friboulet
Partagez!