Paul Dembinski

L’année de toutes les incertitudes

Pour 2021, l’éventail des incertitudes est en effet large, il va du sanitaire, en passant par l’économique et s’étend jusqu’aux incertitudes politiques voire géopolitiques; le tout se déclinant du niveau micro de la vie quotidienne jusqu’au macro voire global.

A première vue, les plus pesantes sont les incertitudes sanitaires: les mutants, les vagues, les vaccins, leurs efficacité et leur disponibilité notamment dans les pays les plus pauvres, sans parler de l’ampleur des campagnes de vaccinations. S’ensuivent les incertitudes quant aux réponses des pouvoirs publics ici et ailleurs, avec les déclinaisons à l’infini des mesures de confinement et de leurs effets sur la vie quotidienne. Les incertitudes sanitaires, nous disent les experts, ne peuvent être réduites que par l’auto discipline personnelle, les forces de maintien de l’ordre seraient vite débordées en cas d’un large mouvement de désobéissance. Tous les gouvernements le savent et cherchent à rester en deçà du seuil de «l’acceptabilité sociale» des mesures proposées. Tout se joue à peu de choses près tant la soif de vivre «normalement» est pressante. Si les autorités ratent leur cible, leur crédibilité sera malmenée et les incertitudes exploseront.

Les incertitudes sanitaires alimentent des incertitudes économiques qui ont, par ailleurs, aussi leurs propres dynamiques. En premier lieu, la question immédiate, qui restera sur le carreau? Ensuite l’inconnue de l’état général dans lequel nos économies sortiront de la crise sanitaire. Plus loin, l’avenir des tensions commerciales et celui de la globalisation. Sans oublier l’incertaine stabilité financière et boursière suite aux perfusions massives de liquidités, ni le décrochage des pays les moins avancés. A cela s’ajoutent l’accélération des inégalités qui sape la stabilité sociale et la pollution multiforme et insidieuse avec l’épée de Damoclès climatique.

«C’est quand le souci du bien commun disparaît que les catastrophes surgissent»

Les incertitudes politiques complètent et compliquent le tableau. L’avenir de la démocratie en tant que le «moins mauvais» – selon la fameuse boutade de Winston Churchill – mode de gouvernement est piégé par l’écart croissant entre «le pays profond» et ses institutions. La récente démonstration américaine restera longtemps dans les mémoires, elle illustre les dangers des temps «post vérité» relayée par la puissance et l’anarchie des réseaux sociaux. Ce cocktail explosif menace le discernement informé qui est l’assise des sociétés démocratiques, par ailleurs de plus en plus tiraillées par les inégalités, notamment dans l’exposition aux risques. Les incertitudes institutionnelles qui se déclinent selon les particularités de chaque pays se prolongent au niveau international et global: l’avenir de l’Union Européenne, les rapports entre la Chine, la Russie et l’Occident, ceux entre les Etats-Unis et l’Europe, sans oublier les multiples tensions qui émaillent le pourtour de la Méditerranée.

Ce monde en tension qui est le nôtre à l’orée de 2021, au moment où le nouveau président américain, conscient des enjeux de son mandat, s’apprête à prêter serment, tranche avec l’aspiration prétendument générale à la prévisibilité et à la stabilité. Tout semble indiquer que ces aspirations-là ne sont pas partagées aussi largement qu’on le pense. Face aux conservateurs arc-boutés sur l’ordre établi, grandit la masse multiforme de ceux qui cherchent le changement – voire la rupture – par idéal ou/et par crainte ou encore par calcul. Cela est vrai pour les pays comme pour les individus.

Face aux incertitudes, la cacophonie des dissensions grandit aujourd’hui du micro au global, alors qu’il est justement urgent de tout faire pour mieux apprivoiser les incertitudes sanitaires et économiques en les mutualisant là, où cela est possible. Cela requiert du discernement informé et du courage dans l’action de la part de chacun, petit comme grand. En effet, l’histoire humaine montre en plein comme en creux que c’est quand le souci du bien commun disparaît que les catastrophes surgissent. Or le souci du bien commun est l’affaire de tous et de tous les instants.

Paul H. Dembinski

20 janvier 2021

L'année 2021 a de quoi éveiller les craintes | © Simon Ma sur Unsplash
20 janvier 2021 | 07:14
par Paul Dembinski
Partagez!