Jacques Berset

Le 1er août, au-delà d'une simple «prière patriotique»

La fête fédérale du 1er août habituellement tenue sur la mythique prairie du Grütli, qui surplombe le Lac des Quatre-Cantons et attire bon an mal an plus de 100’000 visiteurs, a été annulée cette année pour raison de Covid-19.

La fête nationale s’y fêtera en petit comité, sans public, autour de Simonetta Sommaruga. La présidente de la Confédération suisse honorera à cette occasion une femme et un homme de chacun des 26 cantons et de la «Cinquième Suisse» (citoyens suisses vivant à l’étranger) pour leur engagement pendant la pandémie du coronavirus. Exit donc la participation à la cérémonie d’un représentant de la Conférence des évêques suisses (CES). Une occasion perdue pour affirmer des valeurs fortes, inspirées par l’Evangile.  

Mgr Alain de Raemy me rappelle certes qu’en ce jour, on récite la Prière patriotique – Seigneur, accorde ton secours au beau pays que mon cœur aime, celui que j’aimerai toujours, celui que j’aimerai quand même… Mais il ne sera pas de la partie sur le Grütli, coronavirus oblige.

L’évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg me confie aussi que s’il n’y a plus de message du 1er août de la CES depuis 2017, c’est notamment parce qu’en cette période de vacances, ces paroles épiscopales rencontraient très peu d’échos médiatiques. De plus, le 1er août, que le Conseil fédéral a déclaré officiellement jour de fête nationale seulement à partir de 1899, n’est pas une fête religieuse: «Nous préférons nous concentrer sur le 25 septembre, fête de saint Nicolas de Flue, patron de la Suisse (1417-1487), et publier un message à cette occasion».

Ce message, en souvenir de ce grand mystique, figure tutélaire et messager de paix, sera diffusé dès l’an prochain et s’il ne sera pas forcément rédigé par un évêque, il sera porté par la CES.

Pour ma part, en tant que simple fidèle, je souhaiterais, en cette fête nationale, comme le faisait Mgr Martin Werlen, dans son Message des évêques pour le 1er août 2011, que l’Eglise sorte avec audace de sa zone de confort. Et que par fidélité à l’Evangile, elle prenne courageusement parti pour les «sans voix», «pour ceux et celles qui sont bafoués dans leur dignité – dont la vie vient d’être conçue, qui sont handicapés, malades ou âgés, ou encore étrangers».

Car, à l’instar du Père-Abbé d’Einsiedeln et en écho à l’encyclique Laudato si’ du pape François, j’aimerais que mon Eglise, face à la tentation du repli sur soi et sur ses privilèges, revendique sans répit «la justice pour tous les hommes comme fondement de la paix» et fasse entendre davantage une voix forte là où des hommes exploitent d’autres hommes et s’enrichissent égoïstement à leurs dépens et aux dépens de la Création.

Jacques Berset

30 juillet 2020

La fête fédérale du 1er août 2020, habituellement tenue sur la mythique prairie du Grütli, a été supprimée en raison du Covid-19 | © www.sgg-ssup.ch
30 juillet 2020 | 13:43
par Jacques Berset
Partagez!