Jean-Jacques Friboulet

Le cri de Greta

Depuis un an, Greta Thunberg invite les autorités économiques et politiques à entrer dans l’action contre le climat en rappelant que la neutralité carbone à l’horizon 2050 est une nécessité. Cet horizon impose de très importantes réductions d’émissions dès l’année 2030, ce qui pour nous Suisses est difficile, puisque celles-ci proviennent essentiellement des transports et du chauffage.

De nombreux commentateurs conservateurs des deux côtés de l’Atlantique voudraient que Mme Thunberg subisse le sort de Cassandre, cette princesse troyenne, dont les prédictions justes n’avaient jamais été prises au sérieux, à cause de l’intervention d’Apollon. Ils lui reprochent en fait deux choses. La première d’être une enfant, la seconde de faire de l’idéologie.

Le premier reproche fait sourire. Au cours de ma carrière de professeur j’ai été confronté plusieurs fois à des jeunes particulièrement brillants et réfléchis pour lesquels j’avais le sentiment de n’avoir pas grand-chose à leur apprendre. Ce serait le cas, je pense, si j’étais confronté à Mme Thunberg. Elle a lu et compris les rapports des scientifiques sur le climat et ne fait qu’une chose: reprendre leurs conclusions pour appeler à l’action.

La condamnation de la jeunesse en tant que telle devrait faire sourire les chrétiens. L’Ancien Testament et l’histoire de notre Eglise contemporaine sont truffés d’interventions décisives de très jeunes personnes: le Roi David par exemple et plus près de nous Bernadette Soubirous et Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, entrée au Carmel à 15 ans.

«Pourquoi une telle agressivité contre Mme Thunberg?»

On reproche également à Mme Thunberg de faire de l’idéologie. Elle développerait des prédictions apocalyptiques de façon à faire peur aux adolescents et à les faire manifester. Or, elle ne fait que rappeler ce que disent les Accords de Paris de 2015. Sans mesure draconienne prise dans les 10 prochaines années, le monde sera incapable de maintenir le réchauffement climatique au-dessous de deux degrés et ne pourra donc plus en maîtriser les conséquences sans drame humain.

Alors pourquoi une telle agressivité contre Mme Thunberg, agressivité qui va jusqu’à mettre en cause son état de santé? A mes yeux la raison en est double. En premier lieu une forme de culpabilité. Nos générations connaissent ce que dit Mme Thunberg depuis une vingtaine d’années et les autorités politiques et économiques n’ont entrepris aucune réforme d’envergure à ce sujet. Certes on discutait d’environnement, mais on n’agissait peu ou pas du tout sur le sujet qui fâche: notre addiction aux énergies fossiles. Les énergies renouvelables (à l’exception de l’hydraulique) ne représentent que quelques pour cent de notre consommation. Plus grave, nous n’avons développé aucune vision d’ensemble. On met en avant les économies d’énergie mais dans le même temps on promeut des monnaies digitales émises par une technique (le blockchain) qui est un gouffre à électricité. Espérons que la loi sur le CO2 discutée actuellement au Parlement remédie à ce manque de vision et prenne enfin des décisions concrètes.

La seconde raison de cette agressivité est l’idéologie justement. Nous avons dangereusement écarté nos savoirs de l’observation de la réalité. Nous utilisons des modèles qui nient les fonctionnements naturels et considèrent la nature comme une simple ressource dans laquelle on peut puiser librement. Les progrès technologiques nous ont grisés et nous nous croyons capables de réinventer l’Homme et son environnement. Le pendant inévitable de cette démesure est le développement de thèses apocalyptiques qui prédisent la fin du monde pour après-demain.

Les chrétiens devraient être armés contre cette double tentation de la démesure et d’une vision apocalyptique du monde. Ils savent qu’ils ne sont que les gérants de cette terre. Mais ils savent aussi qu’à la suite du Christ ils doivent croire en l’homme, à sa capacité de se renouveler et de trouver de nouveaux chemins dans les difficultés. Les témoignages de nos contemporains et notre histoire collective le prouvent abondamment.

Jean-Jacques Friboulet

2 octobre 2019

Greta Thunberg a lancé la grève contre le réchauffement climatique | © Anders Hellberg/Wikimedia/CC BY-SA 4.0
2 octobre 2019 | 07:40
par Jean-Jacques Friboulet
Partagez!