Jean-Jacques Friboulet

Les transgressions de M. Trump         

La science économique est une science humaine. Beaucoup de ses lois dépendent des comportements et donc des conditions sociales et juridiques de l’économie considérée. Ainsi en est-il de la fameuse loi de l’offre et de la demande qui dépend des conditions de concurrence et suppose un cadre juridique ferme. Quand je suis arrivé en Suisse en 1990, l’économie était dominée par des cartels. La loi citée ne s’appliquait pas et la Suisse était un ilot de cherté.

Mais il existe d’autres lois en économie que l’on peut considérer comme universelles. Dans ma dernière chronique j’ai parlé de celles relatives à la monnaie. Il en existe au total une vingtaine. M. Trump vient d’en transgresser deux. Cette transgression aura à coup sûr des conséquences néfastes. Quelles sont ces lois?

On sait en économie qu’il n’est pas possible de conjuguer une relance budgétaire et une politique monétaire dite accommodante, c’est-à-dire des taux d’intérêt faibles. Pour des raisons idéologiques et pour faire plaisir à l’électorat républicain, Le président américain a décidé de fortes réductions fiscales pour les ménages les plus aisés et les entreprises. Ces réductions n’auront aucun impact dans l’immédiat sur l’activité américaine puisque celle-ci est en haut du cycle de production. Par contre elles aggraveront les déficits publics de deux façons: par une diminution des recettes et par l’augmentation des taux d’intérêt. La Réserve fédérale sera contrainte de stopper plus rapidement que prévu sa politique monétaire expansionniste.

La population américaine n’a pas compris que le temps des facilités des années 1980-2000 est terminé

Trump s’est affranchi d’une autre loi économique: celle qui veut qu’on évite l’instauration de tarifs douaniers prohibitifs pour protéger son marché. On sait que ces tarifs peuvent provoquer des représailles en cascade qui mettent d’abord en danger les entreprises importatrices de son pays, mais aussi les exportateurs des autres pays. Le danger ici est celui d’une forte baisse de l’activité. Les bourses l’ont bien compris qui ont très vite réagi négativement.

Ici encore M. Trump veut satisfaire son électorat qui a lourdement souffert de l’ouverture à tout va du marché américain, en particulier aux produits chinois. Mais le mal est fait. Le déficit commercial des Etats-Unis est très élevé et ce n’est pas par un protectionnisme agressif que le pays pourra le résorber. Il faudrait qu’il s’impose une cure d’austérité tout en investissant dans les domaines où il a pris beaucoup de retard, par exemple le développement durable. Sa sortie de l’Accord de Paris montre qu’il n’en prend pas le chemin.

En élisant M. Trump, la population américaine dans son ensemble n’a pas compris que le temps des facilités des années 1980-2000 est terminé. Elle n’a pas compris qu’il va lui falloir faire de sérieux efforts d’investissement en particulier dans les infrastructures et moins consommer pour rester dans la course face à une économie chinoise qui croît deux fois plus vite que l’économie des Etats Unis.

La science et l’histoire apportent de précieux enseignements. Agir comme s’ils n’existaient pas est une grave faute politique et morale.

Jean-Jacques Friboulet

14 mars 2018

 

 

 

 

Le président Donald Trump s'est affranchi de plusieurs lois économiques
14 mars 2018 | 09:43
par Jean-Jacques Friboulet
Partagez!