Nicolas Betticher

Paris saigne…

La sang a coulé, vendredi dernier, dans cette ville qui incarne les libertés, les droits de l’homme, la laïcité positive, celle qui accueille toutes les religions et leur confère les mêmes droits, le même respect, sans amalgame.

Paris saigne.

Des temps de silence partout, des questions, tant de questions. Pourquoi ?

Des gens qui s’embrassent pour conjurer le sort, pour se donner de l’espoir, crier au monde que la violence de l’homme n’aura jamais le dernier mot.

Le lendemain des attentats, des centaines de personnes, beaucoup de jeunes, se pressent pour donner leur sang, comme pour donner un peu de leur vie aux trop nombreux blessés. Des jeunes qui ont besoin de témoigner leur solidarité avec les victimes.

Des jeunes qui sauvent des jeunes face à des jeunes qui tuent, des jeunes du même âge qui se sont radicalisés, ont choisi la mort au lieu de la vie.

Alors pourquoi ? Questions de société d’abord qui souvent ne sait plus donner du vrai sens aux jeunes qui pourtant en cherchent, partout.

Le vrai sens de la vie, celui érigé en exemple par un autre jeune qui avait offert son sang sur le bois de la croix, sang versé une fois pour toute afin que le monde renaisse d’amour et d’espérance, de fraternité et de solidarité.

Abbé Nicolas Betticher | 17.11.2015

17 novembre 2015 | 12:06
par Nicolas Betticher
Partagez!