Philippe Golay

Recherche arbres remarquables

Ils sont une bonne vingtaine d’élèves, là, devant la presse et surtout la conseillère d’Etat en charge de la sécurité et de l’environnement, le directeur de l’association suisse pour la protection des oiseaux, le représentant du service cantonal des forêts, de la faune et de la nature, le garde forestier délégué par la ville. Là, avec leur enseignante, dans le bois de Sauvabelin que des générations de Lausannois ont parcouru dans tous les sens. Aujourd’hui, lancement de l’action «A la recherche des arbres remarquables».

En cet automne 2012, les élèves d’une classe du collège de l’Elysée, à Lausanne, vont recenser les arbres remarquables. Ils savent l’importance des forêts pour la diversité des plantes, des champignons et des animaux. Ils connaissent la valeur écologique des arbres-habitats. Sont d’accord : il faut permettre la protection d’un maximum de ces arbres.

Aujourd’hui donc, classe en pleine forêt. Les arbres remarquables portent aussi le nom d’arbres-habitats, ou arbres-biotopes. C’est-à-dire des arbres présentant des cavités naturelles ou forées par les pics, mais aussi de très gros ou vieux spécimens pouvant abriter jusqu’à 500 espèces de lichens, champignons, animaux. Au fond, ils jouent un rôle de réservoir de biodiversité dans le réseau écologique forestier.

Alors ? Il serait bon de laisser 10% des forêts à elles-mêmes, bon d’en parler autour de soi, de s’intéresser davantage à la forêt urbaine, de protéger la biodiversité. La conseillère d’Etat prend le relais du spécialiste : – La forêt est un lieu magique, mystérieux. Qui habite là ? Comment faire face aux mystères ? En écoutant, en prêtant une oreille attentive aux bruissements, aux craquements ! Dans la forêt de Sauvabelin, les élèves manifestent une attention que les enseignants aimeraient probablement voir en classe. La forêt est un lieu sacré, poursuit la ministre ; elle a besoin de soins, certes, mais pas trop de «propre en ordre» ; oui, besoin d’un peu de désordre pour la laisser vivre, pour que ses fonctions – produire et protéger, y compris l’eau souterraine – soient remplies.

A quelques mètres de là, un enseignant tient en main une brochure pédagogique. Titre : «A la recherche des arbres remarquables» (aspo@birdlife.ch). A quelques pas de lui, un participant à la conférence de presse se surprend à murmurer… «A la recherche d’humains remarquables»… Où se procurer la brochure ?

PhilGo

1 novembre 2012 | 12:31
par Philippe Golay
Partagez!