Homélie

Homélie du 28 février 2021 (Mc 9, 2-10)

Abbé Laurent Ndambi – Eglise St-Nicolas de Myre, Hérémence, VS

En route vers Pâques – Quarante jours pour nous transfigurer

En route vers Pâques, nous lisons chaque 2ème dimanche de carême, un passage de l’évangile qui nous décrit la transfiguration de Jésus sur la montagne du Thabor. Il est donc important de comprendre le sens de la transfiguration dans le contexte de cette période de carême.

La transfiguration : un entraînement à la foi


Pour Pierre, Jacques et Jean, Jésus ne s’est pas manifesté pour se donner en spectacle, mais pour imprimer dans l’esprit et dans le cœur des disciples une vraie image de lui-même, une image si glorieuse et si puissante qu’elle aurait été capable de montrer qu’il est le Fils unique et immensément aimé de Dieu, le réalisateur de son projet de salut, même et surtout dans la pauvreté, dans la souffrance, dans la passion et la mort sur la croix. Il fallait préparer un groupe choisi de témoins qui résistent, de manière efficace, aux épreuves imminentes de sa passion et au scandale de sa crucifixion et de sa mort. La Transfiguration n’a donc pas été un spectacle, mais un entraînement à la foi, en vue des épreuves prochaines.
Il nous faut donc garder à l’esprit que le Carême est temps où le Christ veut revivre en nous le mystère de sa transfiguration, autrement dit, nous transfigurer à son image et ressemblance.

Gravir la montagne pour nous transfigurer

Au début de la vie publique de Jésus il y eut le baptême ; à l’approche de sa Passion et de sa Résurrection il y eut la transfiguration.
Et celle-ci, nous offre un avant-goût de ce que sera la venue glorieuse de Dieu, « lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux » (Phil 3,21). Mais il nous rappelle aussi qu’« il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu » (Ac 14,22): « C’est ce que Pierre ne comprenait pas encore lorsqu’il désirait rester avec le Christ sur la montagne » (Lc 9,33).
Sur cette montagne, en présence de trois de ses proches auxquels il venait d’annoncer sa Passion prochaine, Jésus s’est offert intentionnellement au Père pour le salut du monde ; il a fait son choix : il ira jusqu’au bout.
La lumière resplendissante que contemplent les apôtres n’éclaire pas leur Maître de l’extérieur, mais de l’intérieur : elle jaillit du plus profond de sa divinité, d’où elle illumine son humanité. La voix dans la nuée confirme l’option que Jésus vient de faire : il est le Fils bien-aimé, celui qui accomplit la promesse annoncée par la Loi et confirmée par les prophètes. Il est la Parole vivante qui donne la vie ; c’est lui désormais qu’il nous faut écouter. Moïse et Elie peuvent disparaître : tout est dit en Jésus-Christ.
Nous sommes associés désormais, à participer nous aussi à la révélation qui fut faite aux trois disciples, découvrir nous aussi la gloire de Jésus. Découvrir, à la parole même du Père, sa gloire de Fils éternel de Dieu : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le » ! Cette révélation du Père est faite dans la foi et non dans une certitude fulgurante : c’est ce que symbolise la nuée qui enveloppe les disciples. Découvrir aussi, toujours par la parole du Père, mais aussi par l’évocation de Moïse et d’Elie, que le Jésus est le messager par excellence de Dieu : c’est à cause de cela qu’il faut l’écouter. Il est un messager plus grand que tous les prophètes résumés pour ainsi dire ici dans le personnage d’Elie.
Désormais c’est lui le guide du nouveau peuple de Dieu, bien plus grand que n’était Moïse, leader du peuple de l’exode au désert. Dès lors, nous pouvons comprendre la demande impérative du Père : « Ecoutez-le ».

«Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le»


Cette expression retentit aux oreilles des apôtres comme un écho de cette profession de foi qu’ils récitent tous les jours, puisqu’ils sont Juifs « Écoute-Israël ». C’est un appel à la confiance quoi qu’il arrive. Confiance qui sera durement éprouvée dans les mois qui viennent : car la Transfiguration a lieu au moment-charnière du ministère de Jésus : le ministère en Galilée se termine, Jésus va maintenant prendre le chemin de Jérusalem et de la croix. Le titre de « Bien-Aimé » va dans le même sens : car c’était l’un des noms que le prophète Isaïe donnait à celui qu’il appelait le Serviteur de Dieu ; il disait que ce Messie connaîtrait la souffrance et la persécution pour sauver son peuple.

Mais Jésus estime que tout cela doit encore demeurer secret : précisément parce que les disciples ne sont pas encore prêts à comprendre (et les foules encore moins) le mystère de la Personne du Christ : cette lueur de gloire de la Transfiguration ne doit pas tromper ceux qui en ont été spectateurs : ce n’est pas la marque du succès et de la gloire à la manière humaine, c’est le rayonnement de l’amour ; on est loin des rêves de triomphe politique et de puissance magique qui habitent encore les apôtres et qui les habiteront jusqu’à la fin. En leur donnant cette consigne de silence, Jésus leur fait entrevoir que seule la Résurrection éclairera son mystère.

Quel visage du Christ, donnons-nous à voir ?

Pour l’instant, il faut redescendre de la montagne, résister à la tentation de s’installer ici à l’écart, sous la tente, mais au contraire affronter l’hostilité, la persécution, la mort. La vision s’est effacée : « Ils ne virent plus désormais que Jésus seul ». Sa gloire passera par le chemin de la croix. Là, ils ne verront que le visage humain du Seigneur, un visage qui voile sa qualité de Fils tout en la révélant. En route vers Pâques, les disciples verront au calvaire que le visage humilié et meurtri du Seigneur. Cela ne peut que nous indiquer où se révèle encore aujourd’hui « le visage du Seigneur ». Il ne s’exprime nulle part de meilleure façon qu’en Jésus crucifié et ressuscité.

En redescendant de la montagne, quel visage du Christ, donnons-nous à voir dans le quotidien et dans l’ordinaire de notre Vie ? Seigneur, donne-nous ta grâce de ne pas brouiller l’empreinte de ton image dans notre vocation des fils et des filles bien aimés du Père. Amen.

2e DIMANCHE DU CARÊME
Lectures bibliques : Genèse 22, 1-2.9-13.15-18; Psaume 115 (116 B), 10.15, 16ac-17, 18-19; Romains 8, 31b-34; Marc 9, 2-10

«Il fut transfiguré devant eux; son visage devint brillant comme le soleil» et ses vêtements, blancs comme la lumière | © Flickr/LawrenceOP/CC BY-NC-ND 2.0
28 février 2021 | 09:30
Partagez!

plus d'articles de la catégorie «Homélie»