Suisse

1'600 jeunes célèbrent Noël au Flüeli-Ranft

Quelque 1’600 jeunes ont participé dans la nuit du 22 au 23 décembre 2018 à la traditionnelle rencontre du Flueli-Ranft. Ils ont célébré Noël avec ferveur sur le lieu même où vécut, il y a près de 600 ans, Frère Nicolas, le saint patron de la Suisse. Encouragés par Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, ils se sont transmis la lumière de la paix venue de Bethléem.

Avec 1’600 enfants et jeunes, le nombre de participants à la rencontre du Ranft a été le plus élevé depuis une quinzaine d’années s’est félicité le mouvement Jubla (Jungwacht-Blauring) qui organise l’événement.

A travers les jeux, les échanges et la marche, les participants ont abordé les thèmes de l’amour du prochain, de la durabilité et du courage civil, ainsi que leur relation à la spiritualité et à l’Église. Comme point culminant, ils ont célébré un Noël très spécial à trois heures du matin le dimanche dans les gorges du Ranft. Guidés par les paroles de Mgr Felix Gmür, ils se sont transmis la lumière de la paix.

300 participants sur le «Sentier de la famille»

La réunion du Ranft avait commencé le samedi après-midi avec le «Chemin de la Famille». Des enfants de six à dix ans ont fait la connaissance d’Emma et de son ami Lukas lors d’un jeu de piste. Guidés par cette histoire, les enfants ont construit une lanterne qu’ils ont décorée et dessinée en couleur.

Les enfants sont venus avec leurs lanternes | service de presse

A 19 heures, les quelque 300 participants se sont rassemblés dans les gorges du Ranft pour une liturgie de la parole. La lumière des lanternes a brillé et l’espoir de paix a été renforcé par l’expérience communautaire.

A pied jusqu’à Flüeli

En début de soirée, les groupes de jeunes sont partis de Sarnen (OW) et de Sachseln (OW) dans la nuit de l’hiver: En chemin un jeu de dés leur a permis de découvrir quels élément de la rencontre ils allaient vivre spécialement. Les jeunes ont aussi expérimenté comment leurs actions ont un effet sur les autres, explique le Jubla.

Les jeunes échangent la lumière de la paix lors de la rencontre du Ranft | service de presse

A trois heures du matin, les quelque 1’300 participants se sont rassemblés dans les gorges du Ranft autour de l’ermitage de Nicolas de Flue. Avec Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, ils ont parcouru la piste des talents qui se cachent dans chaque être humain, à travers la liturgie de la Parole. En partageant la lumière de la paix, l’espérance est entrée dans leur vie quotidienne.

Plus de dialogue, plus d’action

Au cours de la rencontre du Ranft, les jeunes ont également discuté de leur relation à la spiritualité et à l’Eglise. Lors d’une table ronde «L’Eglise et moi» avec Mgr Felix Gmür, les participants ont exprimé ce qu’ils attendaient de l’Eglise. «Il est important que l’Église commence à parler notre langue et à nous impliquer «, a dit un participant. Beaucoup de jeunes veulent plus de dialogue que de monologue.

Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, a encouragé les jeunes | service de presse

Jonas Bachmann est arrivé avec des membres du mouvement de Focolari. Le groupe assistait pour la première fois à la rencontre du Ranft «Au début, nous avons été réunis avec un groupe d’Argovie et nous avons rapidement entamé la conversation. De plus, les nombreuses lumières placées avec soin soutenaient l’atmosphère. Les occasions de méditation personnelle ont également donné à la réunion un autre aspect important «, a expliqué à kath.ch Jonas Bachmann

Un temps fort de l’année

Gino Reho a accompagné un groupe de confirmands de Horgen, de 15 à 22 ans. Il décrit un «temps fort de l’année». Les participants attendaient avec impatience l’ascension vers Flüeli et la descente vers le Ranft, pour entrer dans «la mer des lumières de la paix».

Trois participantes de la troupe Saint Sébastien de Wettingen | service de presse

Daniela Dürr a voyagé avec un groupe de membres de Jubla qui ont participé à divers cours de formation. «Pour la célébration dans les gorges et les nombreux atelier, mes quatre heures de voyage en valaient la peine. La rencontre du Ranft est une expérience de groupe unique – même si je ne connaissais pas tous les membres du groupe.» La nuit s’est encore une fois bien passée. Notamment grâce à tous les bénévoles qui ont investi beaucoup de temps et d’efforts. (cath.ch/kath.ch/mp)

La lumière de la paix brille dans la nuit du Ranft | service de presse
24 décembre 2018 | 09:45
par Maurice Page
Partagez!