Suisse

500 musulmans réunis à Belfaux pour la fête de l'Aïd

Belfaux, 04.10.2015 (cath.ch-apic) Quelque 500 musulmans du canton de Fribourg ont célébré en commun le 4 octobre 2015 à Belfaux la fête de l’Aïd. Albanais, Turcs, Maghrébins, Palestiniens ou Somaliens rattachés à une dizaine d’organisations, ont convergé, pour la première fois, pour la fête commémorant le sacrifice d’Abraham. Ils ont tenu aussi à manifester leur volonté d’intégration dans leur «chère patrie la Suisse.»

La salle de la paroisse de Belfaux a résonné au son des chants en arabe, des musiques albanaises ou du rire des clowns pour cette journée de partage et de convivialité mise en place par Union des associations des musulmans de Fribourg (UAMF). Leila Batbout, secrétaire de l’UAMF a souligné volonté des musulmans à participer à la vie de leur pays d’accueil. «Nous sommes fiers d’appartenir à une Suisse ouverte et solidaire. L’arrivée de migrants est aussi positive pour le canton grâce à des gens formés et éduqués. Nous défendons une intégration souhaitée plutôt que subie», a-t-elle insisté.» Une démarche relevée et encouragée par le Conseiller d’Etat Beat Vonlanthen, venu saluer les participants dans l’après-midi. La fête des musulmans était cependant marquée par le sort des si nombreux exilés victimes des guerres, en particulier au Proche-Orient.

Au nom des autorités communales, le syndic de Belfaux, Jean-Bernard Schenevey, a souligné l’importance de l’échange et de la communication, admettant lui-même n’avoir qu’une connaissance assez partielle de la réalité de la vie des musulmans, à la fois si proches et si lointains.

Le président de la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS) Montassar BenMrad, qui avait fait le déplacement de Belfaux, a invité à lutter contre les images réductrices de l’islam, de l’Etat Islamique au terrorisme et à la burka. Il a salué à ce propos la création du Centre Islam et société à l’Université de Fribourg. Il a invité ses coreligionnaires à aller vers les autres.

Défense de la liberté religieuse

Roberto Simona, invité comme représentant de l’Eglise catholique, a rappelé la signification de la fête de l’Aïd qui commémore le sacrifice d’Abraham. Cette tradition commune aux judéo-chrétiens et aux musulmans, illustre l’obéissance libre à Dieu, a souligné le responsable d’Aide à l’Eglise en détresse pour la Suisse romande (AED). Il a insisté sur la défense de la liberté religieuse qui n’est pas acquise dans nombre de pays majoritairement musulmans.

Martin Burkhard, pour l’Eglise évangélique réformée, a souhaité prendre du temps pour mieux se connaitre. Fondateur du groupe ‘musulmans et chrétiens pour le dialogue et l’amitié’, il a chanté les vertus de l’entre-connaissance’.

Bernard Tétard, délégué à l’intégration du canton de Fribourg, a souligné la volonté des autorités d’accorder la priorité à la cohésion sociale. Un délégué à l’intégration ne s’occupe pas en principe de questions religieuses, mais il plaide pour un très grand respect mutuel selon l’article 15 de la Constitution fédérale.

Les responsables musulmans ont exprimé de leur côté deux demandes, pouvoir construire une mosquée et avoir un carré musulman dans un cimetière.

Cette fête aux allures de kermesse paroissiale offrait outre un repas et des discours, divers stands, une librairie, des animations pour les enfants en grand nombre. Le clou de la journée a été le spectacle folklorique de l’école albanaise de danse «Shota» venue d’Aarau qui a entrainé l’assemblée dans une ronde finale, tout à fait digne des coraules fribourgeoises. (apic/mp)

Les musulmans du canton de Fribourg étaient réunis à Belfaux pour le fête de l'Aïd (photo Maurice Page)
5 octobre 2015 | 00:01
par Maurice Page
Belfaux (4) , fête de l'Aïd (2) , musulmans (132) , UAMF (1)
Partagez!