Eglise catholique romaine à Dubaï (Wikimedia)
International
Eglise catholique romaine à Dubaï (Wikimedia)

A Abu Dhabi, le pape François rencontrera une population catholique immigrée   

31.01.2019 par I.MEDIA

Aux Emirats arabes unis (EAU) du 3 au 5 février 2019, le pape François rencontrera une communauté catholique minoritaire quoique importante, essentiellement composée d’immigrés économiques.

Sur les neuf millions d’habitants que comptent les EAU, un peu moins de 10% sont chrétiens, soit environ 900’000 personnes. Parmi eux, 70% sont catholiques. Les autres chrétiens se rattachent à différentes confessions, telles que l’Eglise copte orthodoxe, l’Eglise malankare orthodoxe ou encore l’Eglise éthiopienne orthodoxe. Des communautés anglicanes et protestantes sont également présentes.

Rattachée au vicariat apostolique d’Arabie méridionale, la population catholique s’apparente à une véritable mosaïque, à l’image de la population de la péninsule arabique. Sur les bancs des neuf paroisses des EAU, 150 nationalités se côtoient. S’il est possible de se rendre à la messe en 12 langues différentes, les travailleurs philippins et indiens, souvent immigrés pour raisons économiques, forment le cœur de cette communauté.

Des églises pleines le dimanche

“Je me vois comme un pasteur de migrants”, confiait ainsi Mgr Paul Hinder, à la tête du vicariat depuis 2003, dans un entretien publié en octobre dernier sur le site de la curie généralice des capucins, son ordre d’origine. Le prélat suisse prévenait alors que le pays n’était pas une “mine d’or” et que les immigrés chrétiens risquaient d’être confrontés à la “précarité”. “Etre une Eglise de migrants, ajoutait-il, signifie vivre dans une constante insécurité et dans le temporaire”.

Selon la Constitution de 1971, “l’islam constitue la religion officielle de la fédération”. Cependant, le texte avance également ”qu’aucune distinction entre les citoyens” ne repose ”sur la base de la race, de la nationalité, de la foi ou du statut social”. De fait, selon Mgr Hinder, les catholiques “ne cachent pas leur foi” et les églises sont pleines le dimanche. De plus, en raison du faible nombre de prêtres – aux alentours de 65 – “les laïcs sont plus impliqués qu’en Europe”.

Relations diplomatiques depuis 2007

La tolérance religieuse figure tout particulièrement au programme de la fédération qui a proclamé cette année 2019, ”année de la tolérance”. En 2017, les EAU se sont ainsi dotés d’un ministère de la tolérance et en novembre 2018 un sommet sur la tolérance a été pour la première fois organisé. La visite apostolique du pape François se déroulera dans le cadre d’un autre sommet, intitulé ‘Fraternité humaine’. Y participera également Ahmed Al-Tayeb, grand imam de la mosquée-université égyptienne al-Azhar, considérée comme la plus haute autorité sunnite.

Les relations diplomatiques entre le Saint-Siège et les Emirats arabes unis ont été établies le 31 mai 2007, ce qui a permis au Saint-Siège d’y ouvrir une nonciature apostolique. En novembre 2012, alors secrétaire pour les relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti – depuis créé cardinal – s’était rendu aux Emirats pour y rencontrer les autorités et les communautés chrétiennes locales. (cath.ch/imedia/cg/rz)


Le pape visitera la tour Hassan, à Rabat | © Mustapha Ennaimi/Flickr/CC BY 2.0

Le pape inscrit son voyage au Maroc dans la continuité de celui d'Abou Dabi

Lors de sa visite à Abou Dhabi, le pape a lancé un appel aux belligérants, dont les Emirats arabes unis, à faire la paix au Yémen. | DR

Le ministre des Affaires étrangères des Emirats reçu par le pape François

Actualités ›