International

A Madagascar, le pape François livrera une «parole claire» contre la pauvreté

Le pape François devrait prononcer des paroles fortes en faveur de la dignité de la personne humaine et contre l’injustice sociale, durant son voyage sur les bords de l’océan Indien, en programme du 4 au 10 septembre 2019. C’est ce qu’a affirmé, le 26 août 2019, le Père Pedro Opeka. Au cours d’une rencontre avec des journalistes en France, il a présenté la visite du pape à Akamasoa, le centre fondé par le missionnaire argentin à Madagascar.

Après une première étape au Mozambique, le pape François arrivera à Madagascar le 6 septembre 2019. Le 8 septembre, il visitera la ›ville de l’amitié’ d’Akamasoa, fondée par le Père Pedro Opeka. L’objectif de cette structure sociale est de venir en aide aux défavorisés à travers le travail et la responsabilisation personnelle.

En faveur de la dignité de la personne humaine

A cette occasion, le pontife prononcera devant des milliers d’ouvriers une «parole claire sur la dignité de la personne humaine qui ne mérite pas la pauvreté», a affirmé le Père argentin.

En présence du président du pays, François évoquera la «lutte contre la corruption, l’injustice sociale et l’importance du partage des biens». Selon le missionnaire qui partage la nationalité du pape, ce dernier va enfin «encourager les Eglises à être en première ligne pour sortir le pays de cette extrême pauvreté».

Parmi les plus pauvres de la planète

Le discours du pape aura à Madagascar une résonance particulière, puisque l’île se retrouve à la 5e place au classement des pays les plus pauvres au monde, derrière quatre autres États africains. Le taux de pauvreté y est en effet extrêmement élevé, avec environ les trois-quarts de la population vivant avec moins d’1,9 dollar par jour.

La pauvreté peut être «éradiquée»

Sur place, annonce le missionnaire argentin, l’évêque de Rome sera reçu par quelque 10’000 personnes qui vont chanter et crier. Le pape sera notamment accueilli par des enfants et le missionnaire prononcera une parole de bienvenue.

«Je vais mettre l’accent sur la pauvreté, la défense des enfants, des femmes», promet-il. Le Père Opeka compte également insister sur le besoin de dépasser la fatalité : «nous avons démontré que la pauvreté peut être réduite, voire éradiquée».

La venue du pape François «tombe à pic puisque nous fêtons dans la même période les 30 ans de la fondation de l’œuvre humanitaire d’Akamasoa», se félicite le Père argentin. Lorsqu’il était arrivé en 1989, le missionnaire avait traversé une décharge. «C’était l’enfer ! Imaginer voir aujourd’hui le pape, c’était impensable. Il ne verra pas ce que j’ai vu, mais je suis heureux qu’il voie 30 ans plus tard le résultat de notre travail». Selon l’Argentin, c’est le pape lui-même qui a exprimé le désir de visiter Akamasoa.

Une cathédrale en profondeur

Au cours de cette visite d’une heure, le pape découvrira le lieu où le prêtre missionnaire célèbre la messe tous les dimanches avec des milliers de fidèles : un ancien stade de basket reconverti. Il sera alors reçu par tous les jeunes pendant 25 minutes avant de rejoindre à 800 mètres de là, une carrière de granite active avoisinant les deux hectares et faisant plus 20 mètres de profondeur, appelée la «cathédrale». Un autel a été installé en son cœur pour y célébrer la messe lors des grandes fêtes.

Pour des raisons de sécurité, le pape restera à la surface près d’une grande statue du Christ où tous les ouvriers de la carrière seront réunis pour l’accueillir. «Il sera à côté d’une forêt que nous avons plantée au dessus de Tananarive et d’où l’on bénéficie d’une vue sur toute la ville» et d’où le pape la bénira. C’est aussi à ce moment que le pontife livrera son discours sur la lutte contre la pauvreté. (cath.ch/imedia/ah/dp)

Le Père missionnaire argentin Pedro Opeka, fondateur du centre Akamasoa à Madagascar. | © I.media
26 août 2019 | 17:01
par Davide Pesenti
Partagez!