A Turin, le pape plaide pour le droit au travail

Turin, 21 juin 2015 (Apic) Le pape François a appelé les représentants du monde du travail au courage pour dépasser la crise économique en étant créatifs, Prenant la parole au cœur de la capitale piémontaise le 21 juin 2015, le pontife a aussi appelé à dire non à la culture du rejet et à la corruption, rappelant également le sort des travailleurs immigrés traités comme des marchandises. Il a ensuite prié devant le Saint-Suaire, exposé dans la cathédrale de Turin.

«Osez, soyez créatifs et courageux !», a ainsi lancé le pape François devant la foule Piazzeta Reale, tout en l›encourageant à avoir confiance dans l’avenir. Accueilli par les autorités locales Piazzeta Reale, et par la foule assemblée tout autour, le pape François a écouté le témoignage d’une ouvrière qui sort d’une longue période de chômage partiel et dont le mari est sans emploi, d’un jeune agriculteur qui a choisi de faire vivre son exploitation familiale malgré les difficultés et d’un chef d’entreprise ayant décidé de ne pas licencier ses employés malgré la crise dans le Piémont. Cette région a connu un taux de chômage de 11% en 2014, particulièrement élevé pour le Nord de la péninsule.

Devant des milliers de personnes amassées sur la place et autour du Duomo de Turin où est exposé le Saint-Suaire, le pape a redit non à la culture du rejet. «Ce qui ne produit pas est rejeté», a ainsi déploré le pontife, en évoquant également les enfants et les personnes âgées «que l’on exclut». Levant les yeux de son texte, il a par ailleurs lancé d’une voix forte sous les applaudissements : «On ne peut sortir de la crise économique sans les jeunes, les enfants et les grands-parents !». Le pape a également lancé un non à la corruption qui semble être un comportement normal. Non à l’idolâtrie de l’argent, a finalement lancé le chef de l’Eglise catholique.

Le pape a particulièrement défendu les droits des femmes qui doivent être protégés. Relevant que les femmes portaient aussi le lourd poids de s’occuper de la maison, des enfants et des personnes âgées et qu’elles étaient encore discriminées au travail. Il a aussi exprimé sa proximité à l’égard des jeunes au chômage, relevant que près de 40 % d’entre eux n’avaient pas de travail en Italie. «Le travail n’est pas seulement nécessaire pour l’économie, a-t-il rappelé, mais pour la personne humaine, pour sa dignité, pour sa citoyenneté et pour l’intégration sociale».

«Traités comme des marchandises»

Relevant également qu’un dixième de la population de Turin était dans la pauvreté absolue, le pape a assuré que si l’immigration augmentait la compétition sur le marché du travail, les migrants n’étaient pas coupables mais également victimes de cette économie qui rejette et des guerres. Sortant de son texte, il a alors évoqué à ce propos «le spectacle de ces derniers jours, qui fait pleurer, de ces êtres humains traités comme des marchandises». Le pape faisait vraisemblablement référence au bras de fer qui oppose depuis plusieurs jours la France et l’Italie autour du sort de 170 migrants venus majoritairement d’Afrique bloqués à Vintimille, à la frontière, et que chaque pays refuse d’accueillir.

Après ce premier discours, le pape s’est rendu à pied dans la cathédrale pour vénérer le Saint-Suaire. Après avoir prié quelques instants en silence devant le linceul exposé au cœur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste et s’être approché, avant de quitter la cathédrale, pour toucher la vitre protégeant le Saint-Suaire, le pontife a aussi prié devant la tombe du bienheureux piémontais Piergiorgio Frassati. Puis, il s’est rendu Piazza Vittorio, une des plus grandes places de la ville, pour célébrer la messe. (apic/imedia/lf/mp)

Le pape François en visite pastorale en Corée en août 2014 (photo Flickr CC BY-SA 2.0)
21 juin 2015 | 13:08
par Maurice Page
chômage (12), pape françois (1864), Travail (26), Turin (20)
Partagez!