Les évêques américains, réunis en assemblée générale  | © usccb
Vatican
Les évêques américains, réunis en assemblée générale | © usccb

Abus sexuels aux Etats-Unis: Rome a demandé le report des mesures par manque de temps

02.01.2019 par I.MEDIA

En novembre, la Congrégation pour les évêques demandait à l’épiscopat américain de repousser son vote sur des mesures de lutte contre les abus. En cause: la Congrégation romaine manquait de temps pour les étudier, explique aujourd’hui le cardinal Marc Ouellet.

En novembre 2018, la Conférence des évêques américains (USCCB) était réunie en assemblée plénière et devait à cette occasion voter une série de mesures pour lutter contre les abus et rendre les évêques responsables de leur gestion de ces cas. Toutefois, le cardinal Daniel DiNardo, président de l’USCCB, avait annoncé la veille de l’ouverture de cette assemblée un report de ce vote à la demande “insistante” du Saint-Siège.

Ce report avait surpris, le cardinal DiNardo se disant lui-même “déçu”. La lettre du cardinal Ouellet obtenue par l’agence de AP permet toutefois de l’expliquer: considérant “la nature et l’objet“ de ces mesures, écrit le haut prélat, “il aurait été bénéfique d’accorder plus de temps pour consultation“. La Congrégation pour les évêques n’a reçu les projets de mesures que le 8 novembre, soit quatre jours avant l’assemblée des évêques américains.

Comme le relève l’agence américaine, “si le Vatican est connu pour sa lenteur, même l’administration la plus rapide aurait trouvé difficile de réviser et valider des documents juridiques sensibles dans ce délai”.

Une commission laïque

D’autant plus que les propositions de l’USCCB voulaient créer une commission laïque devant laquelle les évêques auraient été responsables. Un sujet délicat donc, puisque le Saint-Siège détient l’autorité exclusive pour enquêter sur des évêques et prendre des mesures à leur encontre.

Le cardinal DiNardo a néanmoins tenu à préciser auprès d’AP que “le contenu et la direction” des propositions de l’USCCB avaient été transmis au Vatican “début octobre”. “Ne rencontrant pas d’opposition, nous avons poursuivi vers les brouillons finaux”. Selon lui, il aurait été possible pour le Saint-Siège “de réviser et d’offrir des ajustements” aux mesures après leur adoption.

Par ailleurs, les évêques américains sont réunis du 2 au 8 janvier pour une retraite spirituelle suggérée par le pape François, afin de prier et réfléchir pour discerner comment répondre au mieux aux scandales des abus sexuels. La retraite est conduite par le Père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale. (cath.ch/imedia/xln/pp)


Le 'Projet Angela' porte le nom de la première de ces esclaves africains arrivés en Virginie le 20 août 1619 | © wordandway

Les Eglises commémorent les 400 ans de l'esclavage aux Etats-Unis

Les victimes d'abus dans l'Eglise sont parfois réticentes à dénoncer leurs agresseurs | photo d'illustration © Felipe Benavente/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0

Abus sexuels: nouvelles plaintes civiles dans l'Etat de New York

Actualités ›