International

Abus sexuels du fondateur d'Aide à l'Eglise en détresse?

Le président exécutif d’Aide à l’Eglise en détresse International (AED/ACN), Thomas Heine-Geldern, a confirmé  le 10 février 2021, les allégations de violence sexuelle, y compris de tentative de viol, remontant à 1973, à l’encontre du Père Werenfried van Straaten, fondateur de l’œuvre d’entraide catholique basée à Königstein, en Allemagne.

Le Père Werenfried van Straaten, fondateur d’AED/ACN connu sous le nom de «Père au lard» et décédé en 2003, a été accusé en 2010, dans une lettre, de tentative de viol commise en 1973 sur une jeune femme d’une vingtaine d’années, employée de l’œuvre.

Le supplément Christ und Welt du quotidien allemand Die Zeit, qui s’est procuré une copie de la lettre de dénonciation, a révélé l’affaire le 10 février 2021. Un compte rendu crédible avait été fait en 2010, et la lettre avait été envoyée au Vatican et à la conférence des évêques allemands.

«Les responsables d’AED/ACN ont alors suivi la pratique recommandée par l’Eglise en Allemagne pour faire face aux cas d’abus. En conséquence, la personne affectée a reçu une aide financière de 16’000 euros en reconnaissance de ses souffrances», a déclaré Thomas Heine-Geldern.

En outre, «selon la situation des dossiers dans les archives, on peut supposer que le Père van Straaten a effectué, en 1996/1997, un paiement au père de la victime (lui même salarié d’AED/ACN Ndlr)», a précisé l’oeuvre. Mais en 2011, ce dernier a nié par écrit que ce paiement avait un rapport avec une agression sexuelle sur sa fille. Il s’agissait plutôt d’un paiement en compensation du traitement injuste que lui avait réservé le Père van Straaten lorsqu’il avait quitté son poste d’employé d’Aide à l’Église en détresse.

Une affaire connue depuis 2010

Le président exécutif d’Aide à l’Eglise en détresse International a précisé qu’une fois l’affaire connue à l’automne 2010, l’organisation avait immédiatement informé la Congrégation pour le clergé à Rome et la Conférence épiscopale allemande. «L’engagement d’une action civile, envisagée en même temps, s’est avéré impossible, car l’accusé était décédé.»

Les victimes potentielles reçoivent à juste titre une aide financière si les faits criminels semblent crédibles après un examen, même s’il n’y a pas d’autres preuves claires et que l’accusé ne peut plus être interrogé. En 2010, les faits remontaient déjà à 37 ans et le Père Werenfried était décédé depuis 7 ans. La plupart des crimes sexuels ont lieu sans témoins, de sorte que les possibilités de preuves juridiques font souvent défaut, rappelle AED/ACN.

La victime avait exprimé le souhait de confidentialité, et l’œuvre l’a respecté. Jusqu’à présent il n’existe pas d’autres allégations d’abus sexuels commis par le Père van Straaten. En 2016, l’AED/ACN a lancé une recherche approfondie dans les archives de la Congrégation pour le clergé. Aucune preuve n’a été trouvée pour étayer les soupçons d’autres infractions ou agressions sexuelles.

Pas de procès de béatification

La révélation de cette accusation avait eu lieu en 2010, alors que Mgr Manfred Grothe, évêque auxiliaire de Paderborn, effectuait une visite canonique au sein de l’AED/ACN. «Cette visite ne portait pas sur la personne du Père Werenfried, décédé en 2003, mais uniquement sur la modernisation de l’organisation du travail», a-t-il précisé. Mais c’est dans ce cadre que Mgr Grothe a appris les graves accusations portées contre le Père van Straaten. Il a alors mis fin aux efforts de certaines personnes pour engager un procès de béatification du Père van Straaten. Un éventuel procès de béatification n’a jamais été engagé par Aide à l’Église en Détresse et elle n’a aucun intérêt à le faire dans le futur, a confirmé Thomas Heine-Geldern.

Autres accusations démenties

Outre la tentative de viol d’une employée en 1973, la visite de 2009 avait également permis de constater chez le Père van Straaten «l’intempérance dans le style de vie», «des lacunes importantes dans la gestion du personnel» et «des sympathies pour les idées fascistes».

L’accusation d’excès dans son style de vie personnel est basée sur des rapports individuels de consommation excessive d’alcool ou de nourriture, mais l’accusation d’intempérance ne peut pas être confirmée, relève aujourd’hui l’œuvre.

Sur la question de la gestion du personnel, AED/ACN rappelle que le Père van Straaten a fondé l’œuvre de charité en 1947 et l’a dirigée pendant 55 ans, jusqu’à sa mort en 2003. Pendant cette période, il a eu forcément des conflits avec des employés. Et le style de direction de l’époque ne correspondait certainement pas à la compréhension actuelle de la gestion moderne du personnel, admet l’œuvre.

Enfin «il n’y a aucune preuve d’idées d’extrême droite ou fascistes dans les écrits de l’ensemble de ses 55 ans à la tête de l’œuvre. Au contraire, le Père van Straaten a condamné les dictatures et a pris une position ferme contre elles».

AED/ACN souligne également la mise en place depuis 2019 de «directives de sauvegarde» pour la prévention des abus sexuels en tant que priorité de l’organisation, tant au niveau interne que dans le financement des projets. Dans ce cadre, des règlements et des processus ont été élaborés et mis en place pour la garantir. (cath.ch/mp)

Le Père Werenfried van Straaten était surnommé le «Père au lard»

Du «Père au lard» à la fondation pontificale
Né à Mijdrecht, aux Pays-Bas, le Père prémontré Werenfried van Straaten (1913-2003) s’est fait connaître en organisant des récoltes de dons pour les Allemands en détresse après la Deuxième Guerre mondiale. Connu sous le nom de «Père au lard», le religieux a commencé en apportant de la nourriture, entre autre du lard, provenant de paysans belges et néerlandais, aux enfants allemands affamés.
Son action s’est ensuite transformée en un engagement international, d’abord dans les années 1950 pour l’Europe de l’Est passée sous le joug communiste, puis sur tous les continents. L’AED/ACN soutient ainsi chaque année plus de 5’000 projets individuels dans 140 pays. Depuis 2011, l’œuvre est devenue une fondation de droit pontifical.  MP


Le Père Werenfried van Staaten, fondateur d'Aide à l'Eglise en détresse | © Kirche in Not
11 février 2021 | 11:17
par Maurice Page
Partagez!