International

Abus sexuels: nouvelles plaintes civiles dans l'Etat de New York

Les tribunaux de l’Etat de New York, aux Etats-Unis, ont enregistré le 14 août 2019, plus de 400 nouvelles plaintes civiles pour abus sexuels sur mineur. Une nouvelle loi permet en effet, pendant un an, à toute victime présumée de demander réparation, quelle que soit l’ancienneté des agressions.

Le «Child Victims Act» a été ratifié par l’Etat de New York en février, à la satisfaction des associations de victimes. Longtemps combattu par l’Eglise catholique, il prévoit notamment un délai d’un an pendant la prescription ne peut être invoqué.

L’avocat Jeff Anderson, spécialisé dans la défense de victimes de crimes sexuels, a indiqué que son seul cabinet allait déposer plus de 200 plaintes contre des membres du clergé, des chefs scouts, des professeurs et des médecins. «C’est un grand moment pour les courageux rescapés qui ont attendu si longtemps pour obtenir justice à New York», a-t-il déclaré. «Ils ont maintenant la possibilité de reprendre le pouvoir qui leur avait été enlevé quand ils étaient enfants et d’entamer leur guérison».

Le nombre de dossiers attendu est tel que 45 juges, dont 12 pour la seule ville de New York, ont été spécialement désignés pour les traiter, a indiqué le chef des tribunaux new-yorkais. À la fermeture des bureaux le 14 août, 427 poursuites avaient été déposées. La grande majorité d’entre elles visent l’Église catholique.

Délais de prescription suspendus ou rallongés

La nouvelle loi allonge en outre les délais de prescription pour les crimes d’agressions sexuels sur mineur. Les victimes présumées auront désormais jusqu’à l’âge de 28 ans, au lieu de 23 auparavant, pour poursuivre les criminels au pénal, et jusqu’à 55 ans pour les attaquer au civil.

James Grein est un de ceux qui ont poursuivi l’Église mercredi matin. Il a déclaré qu’il avait été agressé sexuellement dans son enfance à New York par le prêtre qui l’avait baptisé, Theodore McCarrick, qui deviendra plus tard l’une des grandes figures de l’Eglise, américaine en tant qu’archevêque de Washington de 2001 à 2006 et cardinal. Il a été renvoyé de l’état clérical en février dernier.

L’Eglise s’attend à de nouvelles poursuites

Dans un communiqué, l’archidiocèse de New York indique qu’il a prévu faire face à de nouvelles poursuites judiciaires en raison de la modification de la loi. Il a ajouté qu’il continuerait à inviter les gens à envisager le programme d’indemnisation créé en 2016 pour les personnes abusées sexuellement par le clergé, y compris celles précédemment exclues des poursuites en justice.

Jusqu’à présent, l’archidiocèse a versé plus de 66 millions de dollars d’indemnités à 335 victimes. Ces montants, déterminés par un conseil d’arbitrage, ont été financés par des prêts garantis sur son patrimoine immobilier. En acceptant l’indemnisation, ces victimes ont renoncé à leur droit de le poursuivre en justice, a rappelé l’archidiocèse.  (cath.ch/ag/mp)

Les victimes d'abus dans l'Eglise sont parfois réticentes à dénoncer leurs agresseurs | photo d'illustration © Felipe Benavente/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0
15 août 2019 | 13:35
par Maurice Page
Abus sexuels (561) , Etats-Unis (318) , New York (24) , plainte (3)
Partagez!