International

Afghanistan: la seule église catholique a fermé

La seule église catholique sur le sol afghan, la chapelle de l’ambassade d’Italie à Kaboul, a fermé le 24 mars 2020. Les célébrations sont suspendues pour répondre aux mesures d’endiguement du Covid-19.

L’apparition des premiers cas de covid-19 à Kaboul a poussé les autorités de l’Ambassade d’Italie à fermer le complexe. Le Père Giovanni Scalese, missionnaire barnabite, a célébré la dernière messe avec les religieuses le 23 mars. La fréquentation de la messe dominicale avait déjà fortement baissé au cours des dernières semaines, nombre d’expatriés étant rentrés dans leur pays.

«Malheureusement, le virus a continué à se répandre. Même si, grâce à Dieu, en Afghanistan, la contamination n’a pas atteint les niveaux de celle présente en Chine ou en Italie, l’expérience de ces pays suggère de ne pas sous-évaluer la dangerosité du virus», affirme le Père Scalese à l’agence vaticane Fides.

Célébrations de la Semaine sainte incertaines

Le religieux continue à célébrer personnellement la messe dans l’église située à l’intérieur de l’ambassade. «Je ne sais s’il me sera possible de vivre les rites de la Semaine Sainte dans la mesure où ils requièrent la participation de fidèles ou au moins de quelques ministres mais, dans tous les cas, à chaque fois que j’aurai la possibilité de célébrer une messe, je le ferai».

En date du 27 mars, 80 cas de contaminations ont été enregistrés en Afghanistan, parmi lesquels se trouvent deux diplomates et quatre militaires italiens.

Le pays, qui ne dispose pas de structures sanitaires adéquates pour répondre à une éventuelle crise, connaît également un état d’incertitude politique totale, du au dualisme entre le président élu, Ashraf Ghani et son adversaire, Abdullah Abdullah, qui se sont tous deux autoproclamés vainqueurs des dernières élections présidentielles. (cath.ch/fides/bh)

La chapelle de l'ambassade d'Italie, seule église en Afghanistan, a fermé | © Flickr/Canada in Afghanistan/CC BY-NC-ND 2.0
29 mars 2020 | 09:35
par Bernard Hallet
Partagez!