International

Algérie: Premier imam salafiste condamné à la prison ferme pour appel au meurtre

L’imam salafiste algérien Abdelfatah Hamadache a été condamné, le 8 mars 2016, à trois mois de prison ferme pour avoir appelé au meurtre du journaliste et écrivain local Kamel Daoud. C’est la première fois qu’un imam salafiste reçoit une peine de prison ferme dans le pays.

Ancien membre du Front islamique du salut (FIS) d’Algérie, connu pour sa rhétorique religieuse agressive, Abdelfatah Hamadache animait une chronique islamique à la télévision. La chaîne a fini par mettre un terme à ses émissions. Le dignitaire musulman a cependant poursuivi ses prêches sur les réseaux sociaux.

Soulagement des journalistes

A plusieurs reprises, il a reproché à des personnalités publiques algériennes de ne pas être assez «musulmanes».

D’après Radio France international (RFI) sa condamnation par le tribunal d’Oran, au nord-ouest de l’Algérie, a soulagé de nombreux journalistes.

Abdelfatah Hamadache avait publié en décembre 2014, sur sa page Facebook, un appel à «appliquer la mise à mort contre Kamel Daoud, jugé comme étant un apostat sioniste qui insulte Allah et le Coran et combat l’islam». (cath.ch-apic/ibc/rfi/rz)

L'imam salafiste algérien Abdelfatah Hamadache
10 mars 2016 | 15:54
par Raphaël Zbinden
Partagez!