International

Allemagne: accord Eglise-Etat sur le traitement des abus sexuels

La Conférence épiscopale allemande (DBK) a conclu, le 22 juin 2020, un accord avec le Commissaire fédéral chargé du traitement des abus sexuels. Une commission indépendante chargée de gérer les cas sera établie dans chaque diocèse.

La DBK est la première institution en Allemagne à conclure ce genre d’accord avec le gouvernement, rapporte l’agence d’information catholique KNA.

Le texte prévoit la création de commissions indépendantes dans les 27 diocèses du pays, chargées de traiter les cas d’abus. Elles rassembleront des représentants du diocèse, des experts civils dans les domaines du travail, de la justice et de l’administration publique, ainsi que des personnes concernées par les abus. Ces commissions devraient également s’occuper des affaires qui ne peuvent plus être amenées devant la justice en raison du délai de prescription ou du décès des personnes impliquées.

Outre une étude quantitative des cas, il s’agira de savoir comment les responsables du diocèse ont géré les dossiers. L’objectif étant d’identifier les structures ayant facilité voire encouragé les abus.

Obligation de transparence

L’accord prévoit également la mise en place d’une coopération entre les diocèses. La conférence des évêques allemands doit créer un bureau séparé à cet effet.

Johannes-Wilhelm Rörig, responsable du dossier pour le gouvernement, a considéré que l’accord était un «modèle efficace pour un traitement transparent et exemplaire des cas d’abus, à destination des autres acteurs sociaux».

Cet accord scelle «la décision irréversible et contraignante d’un règlement indépendant des cas d’abus sexuels dans la sphère catholique». Désormais, «la transparence, l’égalité de traitement et la prise en compte des victimes» iront de soi, a relevé Johannes-Wilhelm Rörig.

Mgr Stefan Ackermann, évêque de Trèves et chargé du dossier pour l’Eglise, a salué le fait que l’accord ait pris en compte les efforts déjà déployés par les diocèses pour faire face à la situation, ainsi que les connaissances acquises jusqu’à maintenant dans la gestion des cas. (cath.ch/kna/rz)

Mgr Stefan Ackermann, évêque de Trèves, était chargé de négocier l'accord avec le gouvernement allemand | © Raimond Spekking / CC BY-SA 4.0
23 juin 2020 | 00:16
par Raphaël Zbinden
Partagez!