International

Amazonie: premier bilan pour le REPAM, six ans après…

Six ans après sa création, le Réseau ecclésial Panamazonien (REPAM) peut tirer un bilan sur le chemin parcouru. Pour son président, le cardinal brésilien Claudio Hummes, «ces six années ont été un temps d’investissement, de présence sur le territoire, d’écoute et, au côté des communautés, de construction de nouveaux chemins».

Le cardinal Claudio Humes, a installé le 14 septembre 2020 le mariste Joao Gutemberg Sampaio comme nouveau secrétaire exécutif de REPAM. «L’arrivée de ce nouveau dirigeant au sein du REPAM représente un point d’inflexion» a noté  le prélat en conférence de presse.

Le cardinal a également rappelé que le «travail du REPAM est très large» et qu’il «implique de nombreuses personnes travaillant dans les communautés de base et provenant aussi bien de circonscriptions ecclésiales que d’espaces non religieux, comme les communautés indigènes, mais toujours animées par la volonté d’être auprès des plus fragiles et vulnérables».

Le prélatr n’a pas manqué de mentionner l’importance du pape François pour que l’Amazonie ait une place importante au sein de l’Église et de la société mondiale. «Le pape nous a encouragé à avancer, en disant que l’on pouvait commettre des erreurs, mais que nous devions être courageux».

Une pastorale commune

Pour Claudio Hummes, «ces six années depuis la création du Repam ont été un temps d’investissement, de présence sur le territoire, d’écoute et, au côté des communautés, de construction de nouveaux chemins». Un temps de discernement aussi, qui a eu comme fruit le document final du Synode pour l’Amazonie, baptisé «Querida Amazonia», «dans lequel le pape nous offre ses rêves pour aller au-delà du quotidien, car si nous cessons de rêver, nous cessons d’avoir de l’espoir».

Autre personnage clé du REPAM, le cardinal péruvien Pedro Barreto, vice-président de l’entité, a rappelé que, dès la Conférence épiscopale d’Aparecida de 2007, «celui qui était encore le cardinal Bergoglio, avait déjà montré l’importance de l’Amazonie et la nécessité de créer une pastorale commune aux neuf pays de l’Amazonie».

Conférence Ecclésiale d’Amazonie

Pour Pedro Barreto «les six ans écoulés l’ont été entre lumière et ombre. Mais Dieu nous a illuminé et renforcé. Il a inspiré aussi tout le processus synodal». Le prélat a également souligné «l’importance de nos frères indigènes» qu’il voit comme «les gardiens de notre milieu naturel» et qui, durant le Synode, ” ont apporté leur savoir au cœur du christianisme». De quoi rappeler la nécessité de «créer une alliance avec les peuples natifs et les accompagner face à l’invasion des grandes entreprises (…)».

Le prélat péruvien a également exprimé sa satisfaction après la  création de la Conférence Ecclésiale d’Amazonie, le 29 juin derner. Ce dernier la voit d’ailleurs comme «un lien de communion directe avec notre pape François». «Pour cette raison, il nous invité à continuer à rêver ensemble, (…) au milieu des tempêtes de la vie, des difficultés de la pandémie, pour faire l’expérience de ces caresses de Dieu et l’élan qu’il nous donne, à travers tant de personnes, en particulier les plus pauvres et les plus abandonnées».

«L’Amazonie se consume»

Le nouveau secrétaire exécutif, João Gutemberg Sampaio, a demandé les encouragements et le dévouement de tous et toutes car «malheureusement, notre chère Amazonie est aussi une Amazonie qui se consume, qui est envahie et détruite». Il a appelé à l’unité entre les communautés ecclésiales et les personnes de bonne volonté, dans l’objectif de «promouvoir le soin et la protection des communautés humaines et de la biodiversité, si importante pour la vie sur la planète». Il a conclu son intervention en appelant à ‘s’amazoniser’ pour vivre la bonne relation que les peuples d’Amazonie ont avec la terre Mère. (cath.ch/jcg/mp)

Le cardinal brésilien Claudio Hummes, rapporteur général du Synode sur l'Amazonie | © Vatican Media
16 septembre 2020 | 12:32
par Jean-Claude Gérez
Amazonie (87), Claudio Hummes (13), Repam (17)
Partagez!