International

Angola: Les évêques appellent au maintien du mariage entre homme et femme

Les évêques d’Afrique ont appelé dimanche 24 juillet 2016, à Luanda, en Angola, les familles à maintenir la pratique du mariage entre homme et femme, à l’issue des travaux de la 17e assemblée plénière du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM).

Ouvertes le 19 juillet, ces assises se sont déroulées à l’auditorium du Stade Kilamba de Luanda, autour du thème de la «famille en Afrique, hier, aujourd’hui et demain: à la lumière de l’Evangile». Elles ont regroupé plus de deux cents cardinaux, évêques, prêtres, religieux et religieuses d’Afrique, et des invités, rapporte l’Agence angolaise de presse (ANGOP).

«Le mariage et la famille sont intimement liés»

Dans la déclaration finale, lue par Mgr Manuel Imbamba, archevêque de Saurimo, au nord de l’Angola, les évêques ont rappelé que «le mariage et la famille sont intimement liés». Ils ont réaffirmé la doctrine de l’Eglise, basée sur la parole de Dieu, selon laquelle «l’homme quittera son père et sa mère pour s’unir à la femme, les deux deviendront une seule chair», d’après le texte biblique de la Genèse (Gn 2,24).

Pas de mariage entre personnes de même sexe

Pour les évêques d’Afrique, «le mariage unit un homme et une femme. Le Seigneur se réfère à cette réalité et exclut le divorce». Le mariage ne peut pas être réalisé par de personnes du même sexe, ajoutent-ils. «En Jésus-Christ, le mariage acquiert sa vraie dimension, un lien irrévocable d’amour entre un homme et une femme, ouvert à la vie et à la procréation comme garantie de renouvellement de la société et de l’Eglise».

Ils ont également présenté divers défis pastoraux à relever durant les prochaines trois années. La liste comprend la lutte contre la précarité, la pauvreté, l’exclusion sociale, ainsi que l’impact des nouvelles technologies de l’information sur la famille, l’idéologie du genre, les divorcés remariés, l’avortement, la polygamie, les migrations causées par des situations de guerre et des conflits, les divisions dans les familles, les enfants dans le fétichisme et la sorcellerie, et le manque d’emploi.

Les familles sont «étouffées»

Ils ont réitéré leur engagement à renforcer la pastorale en faveur des familles, qu’ils estiment «étouffées par des crises et situations qu’elles traversent». Avant la clôture finale, ils ont réélu Mgr Gabriel Mbilingui, évêque de Lubango, au sud de l’Angola, président du SCEAM pour un nouveau mandat de trois ans. (cath.ch-apic/ibc/gr)

Mgr Gabriel Mbiligui, archevêque de Lubango et président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM).
25 juillet 2016 | 17:50
par Grégory Roth
Angola (27), familles (31), Mariages (2), SCEAM (9)
Partagez!