Vatican

Avec 'Charis', «l'unité» primera entre les réalités charismatiques      

L’objectif du nouveau service ‘Charis’ est de viser «une plus grande communion» entre toutes les réalités charismatiques, a confié Jean-Luc Moens à l’agence I.MEDIA, en marge d’une conférence de presse au Vatican le 6 juin 2019.

‘Charis’ est une idée lancée lors du jubilé d’or du Renouveau charismatique 2015 par le pape François, le pontife qui a le plus défendu ce courant spirituel, selon le modérateur du mouvement. Le pape avait alors demandé – à la suprise générale – de lancer un discernement pour un service unique regroupant les deux services qui existaient alors : l’International catholic charismatic renewal services et le Catholic fraternity of charismatic covenant communities and fellowship.

Remettre l’œcuménisme au centre

L’objectif d’un tel regroupement, souligne Jean-Luc Moens, est de viser «une plus grande communion», sans aucune exclusive. Dorénavant, l’unité prime, insiste-t-il. Avec ‘Charis’, il n’y aura plus «qu’un seul courant de grâce» entre toutes les réalités charismatiques, plaide-t-il. ‘Charis’ n’aura pas d’autorité sur les mouvements qui garderont leur fonctionnement, indique pour sa part le Père Alexandre Awi Mello, secrétaire du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie. Mais chacun pourra s’appuyer sur les services fournis par ‘Charis’ .

Cette communion doit s’étendre ailleurs, vers les chrétiens non catholiques. Cet organisme catholique est donc appelé à servir un courant possédant des «racines œcuméniques». Si celles-ci ont pu se perdre avec le temps, renchérit le Père Raniero Cantalamessa, conseiller ecclésiastique de la nouvelle structure, le pape François a voulu remettre au centre l’œcuménisme, cette «fonction vitale».

«L’arbre se juge à ses fruits»

‘Charis’ aura également un impact sur la nouvelle évangélisation, certifie Jean-Luc Moens. Pour l’évangélisation, «il faut être soumis à l’Esprit Saint» et ne pas hésiter à «se brancher à Lui». A ce titre, le baptême dans l’Esprit s’avère très important, estime le Belge. Les charismes reçus ne sont pas seulement donnés dans les groupes de prière, insiste-t-il, mais doivent être exercés dans l’évangélisation.

Par ailleurs, le regard de l’Eglise a changé sur le Renouveau charismatique, confie encore l’ancien président de Fidesco, l’organe humanitaire de la communauté de l’Emmanuel. «L’arbre se juge à ses fruits», glisse-t-il. Si l’Eglise a évolué, c’est bien parce qu’elle a vu les fruits et qu’elle sait que si l’Esprit Saint est parfois «étonnant», il est capable de susciter des choses inouïes et harmonieuses. «On est à une époque où l’Eglise reconnaît l’importance d’une vie totalement soumise à l’Esprit Saint», conclut-il.

Ce nouveau service international sera officiellement lancé le 9 juin 2019, lors de la fête de la Pentecôte. La veille, ses membres seront reçus en audience par le pape François au Vatican. (cath.ch/imedia/pad/rz)

Vers une plus grande communion du Renouveau charismatique | © Tiago Cassol Schvarstzhaupt/Flickr/CC BY 2.0
7 juin 2019 | 10:39
par Raphaël Zbinden
Partagez!