International

Banni, l'ex-cardinal McCarrick reste dans le déni

Ecarté du rang des cardinaux avant d’être renvoyé de l’état clérical en février 2019, sur des accusations d’abus sexuels, l’ancien archevêque de Washington, Théodore McCarrick vit toujours dans le déni. Retiré dans un couvent d’une petite localité du Kansas, il a accepté de s’exprimer pour la première fois depuis sa disgrâce.

La journaliste Ruth Graham du magazine en ligne Slate a retrouvé l’ex-cardinal, aujourd’hui âgé de 89 ans, au couvent Saint-Fidelis de la bourgade de Victoria, au Kansas. L’ex-prélat, arrivé l’automne dernier, y vit une existence très retirée et routinière à des milliers de kilomètres de Washington.

McCarrick lui a parlé brièvement avant le repas. Il lui a dit qu’il ne quittait pas le couvent, même pour entrer dans l’église voisine de Saint Fidelis. C’est une des conditions de sa résidence. Il passe ainsi une grande partie de son temps à la chapelle et à la bibliothèque.

L’ex-cardinal a évoqué en particulier des accusations de James Grein selon lesquelles il l’avait sollicité pendant la confession (alors qu’il n’était âgé que de 11 ans ndlr): «La chose à propos de la confession, est horrible. J’ai été prêtre pendant 60 ans. Je n’aurais jamais fait une chose pareille… C’est horrible, de prendre un saint sacrement et d’en faire un péché.»

Selon lui, les hommes qui ont dit avoir été abusés alors qu’ils étaient séminaristes lors séjours dans sa maison sur la plage du New Jersey «ont été encouragés» à développer des histoires de ce genre. Des encouragements qu’il attribue à des ‘ennemis’ qu’il ne nomme pas. «Beaucoup de ceux qui se trouvaient dans cette situation n’ont jamais eu de problèmes de ce genre», se justifie-t-il.

«Je ne suis pas aussi mauvais qu’ils me dépeignent»

A propos des affirmations de Mgr Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique aux États-Unis, selon lesquelles son inconduite sexuelle présumée était connue de certains responsables du Vatican depuis des années, McCarrick estime qu’il «parlait en tant que représentant de l’extrême-droite». ” Je ne veux pas dire qu’il est un menteur, mais je pense que certains évêques ont dit qu’il ne disait pas la vérité». «Je ne crois pas avoir fait les choses dont ils m’accusent. Je ne suis pas aussi mauvais qu’ils me dépeignent»,  a encore déclaré McCarrick.

Plus personne ne veut de lui

La disgrâce de McCarrick a été rapide, mais elle a laissé l’Église catholique avec un problème délicat. Il avait besoin d’un endroit où vivre. Le garder dans la région de Washington semblait intenable. L’archidiocèse l’alors transféré de Washington à ce petit couvent à Victoria, au Kansas.

Après son renvoi de l’état clérical, la chambre et la pension de McCarrick, d’environ 500 dollars par mois, n’ont plus été payés par l’archidiocèse de Washington. Il a proposé de les payer de sa poche ce que le responsable de la maison aurait refusé. «Je sais que cela pourrait être interprété comme un problème, comme si l’Eglise continuait à le couvrir ou à l’héberger. Mais nous n’essayons pas d’en tirer profit. C’est simplement une tentative pour nous de montrer de la pitié», a expliqué le Père Popravak. Selon lui McCarrick restera probablement au couvent Saint-Fidélis : «C’est devenu impossible pour lui de bouger parce que personne ne veut de lui.» Un sort auquel l’ex-cardinal semble s’être résigné: ” Je ne sais pas combien d’années il me reste. Je fais de mon mieux pour accepter le lieu où je suis.» (cath.ch/cna/slate/mp)

Le cardinal Theodore Edgar McCarrick, le 14 février 2013 | © Vatican Media
9 septembre 2019 | 23:18
par Maurice Page
Partagez!