International

Belgique: les religieux âgés exclus de la vaccination prioritaire

Les maisons de repos de congrégations catholiques, accueillant religieux et religieuses, ne sont pas comprises dans les premières phases des plans de vaccination bruxellois et wallon, alors que les maisons de repos classiques le sont. L’affaire sera bientôt discutée au Parlement wallon.

PAr Sarah Poucet/Cathobel

La Maison Saint-Claude La Colombière, située à Bruxelles, accueille une quarantaine de jésuites âgés qui terminent leur vie dans une maison qu’ils partagent. Comme dans des maisons de repos ordinaires, les résidents bénéficient des services de personnel soignant, de cuisine et d’entretien.

Pourtant, les résidents de cette maison ne sont pas encore vaccinés. Après s’être adressé à Iris Care, en charge de la vaccination à Bruxelles, les responsables de l’établissement ont reçu une réponse indiquant que le vaccin arriverait en février. Depuis, plus de nouvelles.

Si la Colombière a décidé de ne pas s’inquiéter et d’attendre patiemment, ce n’est pas le cas de tous les lieux de séjour pour religieux et religieuses. En effet, ils sont tous écartés des premières phases des campagnes de vaccination (wallonne et bruxelloise) qui concernent les homes et les collectivités comme les maisons pour personnes handicapées.

La Coreb, la Conférence des Religieux et Religieuses en Belgique, a décidé de fédérer les inquiétudes des différentes congrégations. Elle a envoyé, le 19 février dernier, une lettre aux ministres de la santé demandant que ces 1’750 religieux et religieuses tout comme le personnel soignant de ces établissements, soient reconnus comme personnes à risque. Elle demande de mettre fin à cette différence de traitement avec les homes traditionnels en procurant rapidement le vaccin aux médecins référents de chaque communauté.

Un risque ignoré

Les structures de ces maisons pour religieux âgés varient en fonction des congrégations. Certaines s’adressent uniquement aux personnes invalides ou très âgées, d’autres regroupent des personnes valides qui prennent soin des moins valides. Dans tous les cas, la promiscuité de la vie en communauté entraîne un risque accru de contamination au Covid-19. Or, ce public de résidents est déjà fragile.

En se renseignant auprès de l’Aviq – l’Agence wallonne pour une vie de qualité en charge de l’organisation de la vaccination – le Père Robert Huet, trésorier de la Coreb, a appris que ces congrégations faisaient partie de la phase de vaccination 1B, c’est-à-dire la vaccination des personnes de plus de 65 ans supposée débuter en mars.

Puisqu’elles ne sont pas reconnues officiellement, toutes les structures de séjour informelles sont considérées comme des foyers traditionnels et ne seront pas vaccinées en priorité. Le risque de «cluster» présent dans ces maisons est donc ignoré.

Le Centre démocrate humaniste – cdH, parti politique chrétien-démocrate – a décidé de dénoncer cette discrimination dont sont victimes les structures informelles, qu’elles soient religieuses ou non. Mathilde Vandorpe, Députée cdH de la Fédération Wallonie-Bruxelles, interpellera d’ailleurs la ministre wallonne de la santé, Christie Morreale (PS), à ce sujet en commission le 2 mars. (cath.ch/cathobel/sp/bh)

Les religieux et religieuses catholiques belges âgés sont actuellement exclus des plans de vaccination bruxellois et wallons | © Pixabay
28 février 2021 | 10:00
par Rédaction
Belgique (157), EMS (10), Religieux (40)
Partagez!