International

Belgique: messes publiques suspendues jusqu'au 15 janvier

Les célébrations religieuses publiques dans les lieux de culte en Belgique sont suspendues jusqu’au 15 janvier 2021. Prenant connaissance de l’Arrêté Ministériel du 29 novembre, les évêques catholiques de Belgique ressentent ce «lockdown» (mesures de confinement) comme «une limitation au vécu de leur foi».

Ils expriment toutefois à nouveau leur solidarité par rapport aux mesures du Gouvernement pour contrer la pandémie, éviter un maximum de victimes et soulager la pression sur le système de santé. Dans un communiqué publié le 1er décembre à Bruxelles par la Conférence des évêques de Belgique (CEB), les évêques, tout comme de nombreux croyants, disent leur malaise face à ces mesures drastiques.  

Pour une reprise anticipée des messes

Les évêques veulent reprendre le dialogue avec les services gouvernementaux compétents pour se concerter sur la reprise des célébrations religieuses publiques, reprise encadrée de protocoles qui garantissent une sécurité maximale. 

Ils réitèrent leur appel aux responsables des paroisses pour une ouverture maximale des églises durant le confinement. Les croyants y seront les bienvenus, seuls ou entourés de leur bulle familiale, pour une prière individuelle, un moment de réflexion ou de contemplation, pour allumer une bougie ou offrir un don pour les plus démunis.

«Même en confinement, restons en communion»

Ils demandent également aux responsables des paroisses de permettre une visite de la crèche dans l’église, les jours de Noël, ce dans le respect des mesures de protection contre le Covid-19. Et en particulier, d’être solidaires vis-à-vis de ceux qui traversent une période particulièrement difficile, suite à la crise actuelle. «Même en confinement, restons en communion», écrivent-ils.

L’interdiction des cultes dans le cadre de la prolongation des mesures de confinement fait réagir de nombreux fidèles qui réclament un retour des célébrations, ou, du moins, que le gouvernement envisage des alternatives pour permettre aux croyants de célébrer Noël.  

Le 19 novembre 2020, Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire de l’archevêché de Malines-Bruxelles, avait expliqué que malgré «la peine des personnes qui ne peuvent pas se rassembler pour partager l’eucharistie», il est de la responsabilité de l’Eglise de prendre en considération le risque estimé par les pouvoirs publics. (cath.ch/ceb/cathobel/be)

Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles, et Mohamed Belabed, conseiller de la Fédération des Mosquées de Bruxelles le 31 octobre 2020 à la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule | © cathobel
2 décembre 2020 | 17:27
par Jacques Berset
Partagez!