Suisse

Bénédiction du nouveau chenil du Grand-Saint-Bernard

Le prieur de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard, le chanoine Jean-Michel Lonfat, a bénit le 14 juillet 2017 le chenil rénové des célèbres chiens homonymes. Chaque été, le musée et le chenil de l’Hospice accueillent plus de 25 000 visiteurs.  

Ce lieu phare du col présente plusieurs nouveautés pour cet été. Les chiens saint bernards bénéficient d’un habitat fraîchement rénové, modernisé et adapté aux normes. A cette occasion, une exposition temporaire donne un éclairage original sur l’histoire des célèbres chiens.

Tous les ans, des dizaines de milliers de personnes montent au col notamment pour voir les chiens saint-bernards dans leur lieu d’origine. Pour continuer de répondre à cette demande, la Congrégation des chanoines du Grand-Saint-Bernard a entrepris la rénovation du chenil. Les locaux dégradés ne répondaient plus aux normes actuelles en matière de protection des animaux. La nouvelle architecture est résolument moderne, tout en s’intégrant parfaitement dans le paysage. Le projet propose également un nouveau parcours muséal ludique et informatif. La restauration a été menée en collaboration avec la Fondation Barry qui, depuis 2005, a repris l’élevage des saint-bernards de l’Hospice, à Martigny.

Exposition temporaire: «Barry & Cie – Chiens du Grand-Saint-Bernard»

La restauration du chenil est l’occasion de se plonger dans l’histoire passionnante de ces chiens à la renommée internationale. L’exposition temporaire de cet été retrace l’histoire des liens entre les chanoines et les saint-bernards qui perdure depuis au moins trois siècles.

Pierre Rouyer, commissaire de l’exposition, a conçu un parcours à l’aide de photographies, d’archives et d’estampes pour raconter divers aspects de cette longue histoire.

La nouvelle vocation des saint-bernards est également à l’honneur avec des photographies contemporaines qui évoquent leur rôle en tant que chiens d’activités sociales auprès de personnes âgées et en situation de handicap, d’enfants et de jeunes en difficulté.

Mille ans d’hospitalité au service de l’amitié entre les hommes

Autre nouveauté les contenus audio-visuels du Musée de l’hospice sont désormais accessibles aux personnes aux personnes sourdes et malentendantes grâce à un sous-titrage en plusieurs langues ou un doublage en langue des signes.

Comme chaque été, des  randonnées avec les saint-bernards sont proposée du 15 juillet et le 15 septembre, depuis le chenil de l’Hospice.

L’Hospice en bref

Fondé vers 1050 par Saint Bernard de Menthon, l’Hospice du Grand-Saint-Bernard a pour mission d’accueillir tout au long de l’année les voyageurs qui franchissent le col. Il appartient à la Congrégation religieuse des chanoines du Grand-St-Bernard, forte de 45 membres, vivant au Col du Grand-St-Bernard, ainsi qu’au Simplon, à la maison-mère à Martigny et dans diverses paroisses du Valais et de Taïwan. Aujourd’hui, trois chanoines et une soeuroblate vivent toute l’année à l’Hospice du Grand-Saint-Bernard. Ils sont épaulés par unedizaine d’employés et de bénévoles pour l’accueil des hôtes. Perché à 2473 mètres d’altitude, l’Hospice n’est accessible par la route que de juin à mi-octobre. Le reste de l’année, il faut s’y rendre à ski ou en raquettes à neige. (cath.ch/com/mp)

Hospice du Grand-Saint-Bernard Un saint-bernard venu du Danemark sur les traces de ses origines
14 juillet 2017 | 14:00
par Maurice Page
Partagez!