Berlin expose au Musée de Pergame la diversité des traditions chrétiennes du Moyen-Orient

Le Musée de Pergame (Pergamonmuseum), sur l’île aux Musées, au centre de Berlin, présente jusqu’au 15 octobre prochain une riche exposition qui témoigne de la diversité des traditions chrétiennes du Moyen-Orient, de l’Antiquité tardive au 19e siècle.

Cette région qui fut le berceau du christianisme, aujourd’hui en grande majorité musulmane, se vide de ses chrétiens en raison des conflits armés et d’un fondamentalisme islamique de plus en plus intolérant.

Réception de thèmes bibliques dans la tradition islamique

Intitulée «Témoignages de foi, traditions bibliques dans le monde islamique», cette exposition fait voir de splendides évangéliaires arméniens, mais également des bibles syriennes sur parchemin, des papyrus coptes et des témoignages de nombreuses autres langues de la région. Elle présente aussi des exemples de réception de thèmes bibliques dans la tradition islamique.

Des miniatures indiennes comportant des motifs chrétiens, provenant de la Collection Vollmer Collection complètent l’exposition. Le musée archéologique de Berlin, qui propose une collection d›antiquités, un département du Proche-Orient et un musée de l’art islamique, présente dans cette exposition une quarantaine de vieux manuscrits, des Evangiles illustrés, des bibles et des bréviaires.

La chambre d’Alep

L’événement est organisé autour de la chambre d’Alep, qui appartenait à une maison d’Alep, en Syrie, propriété d’un riche marchand de biens chrétien, qui fit décorer sa salle d’apparat au début du XVIIe siècle de thèmes tirés de l’Ancien et du Nouveau Testament. On y trouve une représentation de la Vierge à l’enfant, à côté de scènes de chasse telles qu’on en trouve dans l’enluminure persane. Les citations des psaumes, les proverbes arabes et les formules persanes qui courent le long des panneaux sont eux aussi choisis pour évoquer la coexistence pacifique d’hommes de religions différentes.

Les œuvres exposées appartiennent à la collection de la bibliothèque et des musées nationaux de Berlin. Les ouvrages sont notamment en langue araméenne, arménienne, copte, arabe et perse.

Chaque communauté chrétienne (maronite, syriaque, melkite, assyrienne, copte, arménienne, nubienne et éthiopienne) est représentée par un ouvrage, une peinture et surtout une histoire et des explications destinées à des personnes qui connaissent peu ou pas les chrétiens d’Orient. Ainsi, l’exposition présente aux visiteurs les deux natures du Christ ayant créé un schisme au sein de l’Eglise. Elle mentionne aussi les communautés rattachées au Vatican et leurs particularités par rapport aux autres catholiques, et énumère quelques prérogatives d’un patriarche, note Patricia Khoder, dans le quotidien francophone libanais L’Orient-Le Jour.  |

Des Evangiles en langue arabe

De nombreux livres et images sont en provenance d’Edesse, l’actuelle Ourfa, d’Amida, l’actuelle Diyarbakir, au Kurdistan turc, du Tur Abdin (en syriaque la Montagne des serviteurs de Dieu), trois villes au sud-est de la Turquie actuelle, et de Constantinople. Les vieux Evangiles en arménien et syriaque sont illustrés de magnifiques images, comme l’adoration des mages, la descente de croix ou la Pentecôte. Une importante partie de l’exposition est consacrée à l’Egypte et l’Eglise copte.

Parmi les manuscrits présentés, une épître de saint Paul en langue copte avec une traduction sur la même page en arabe, datant du début du XVIIIe siècle, ainsi qu’un nouveau testament en papyrus datant du IVe siècle. Des ouvrages en langue arabe, notamment des Evangiles maronites, sont également exposés. En outre, on découvre aussi une Genèse en langue perse, illustrée d’une expulsion du Paradis, en provenance de la ville de Chiraz, en Iran. (cath.ch/com/orj/be)

 

 

 

 

 

 

Musée de Pergame Jean l'évangéliste Evangéliaire arménien, Constantinople, vers l'an 1650
7 août 2017 | 11:11
par Jacques Berset
Partagez!