Bernard Crettaz arpente quotidiennement la cathédrale de Fribourg (© Pierre Pistoletti)
Suisse
Bernard Crettaz arpente quotidiennement la cathédrale de Fribourg (© Pierre Pistoletti)

Bernard Crettaz: ma sœur la mort

01.11.2017 par Pierre Pistoletti

Le sociologue Bernard Crettaz côtoie la mort depuis l’enfance. Au soir de sa vie, pourtant, le mystère reste entier. Entre la cathédrale de Fribourg et les méandres de la Sarine, l’auteur des Cafés mortels s’y confronte à nouveau et convie à sa réflexion François d’Assise, sa propre foi et ses doutes.

Avec son ami Jean-Pierre Fragnière, sociologue et Valaisan tout comme lui, Bernard Crettaz signe “Oser la mort” (Éd. Socialinfo). Un livre ou l’un et l’autre conversent de la grande faucheuse. L’interpellent parfois. Moins pour l’apprivoiser – “c’est impossible” – que pour oser la regarder en face.

C’est dans cette optique qu’il fondait les Café mortels en 2004. Ces espaces de parole dans l’atmosphère informelle d’un coin de bistrot allaient connaître un succès fulgurant, bien au-delà des frontières suisses.

En 2004, dix ans après leur fondation, Bernard Crettaz transmettait le flambeau à une nouvelle génération. Aujourd’hui, c’est aussi en silence qu’il chemine avec la mort, espérant un jour pouvoir l’appeler sereinement, comme François d’Assise, “ma sœur la mort”. (cath.ch/pp)


Une célébration oecuménique fêtera l'arrivée de la Lumière de la Paix, ici à Fribourg en 2016. | © Friedenslicht Schweiz

Fribourg et Lausanne accueillent la Lumière de la Paix

Le pape Jean Paul Ier lors de l'angelus (photo wikimedia commons CC BY-SA 2.0)

Jean Paul Ier "n'avait pas la face souffrante" au moment de sa mort

Actualités ›