La Vierge d'Aparecida est l'objet d'une grande dévotion au Brésil (Photo:Enrique Lopez-Tamayo Biosca/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY 2.0</a>)
International
La Vierge d'Aparecida est l'objet d'une grande dévotion au Brésil (Photo:Enrique Lopez-Tamayo Biosca/Flickr/CC BY 2.0)

Brésil : Leonardo Boff commente le refus du pape à l’invitation du président Michel Temer

19.04.2017 par Jean-Claude Gerez, correspondant de Cath.ch en Amérique latine

Pour le théologien de la libération brésilien Leonardo Boff, le refus du pape François de donner une suite positive à l’invitation du Président brésilien Michel Temer est cohérent avec l’option pour les pauvres.

“Le pape n’avait aucune raison d’accepter l’invitation de venir au Brésil, et appuyer ainsi un dirigeant parvenu au pouvoir suite à un coup d’état judiciaire et parlementaire. Il demeure en accord avec son option pour les pauvres, pour ceux qui souffrent de violences et sont marginalisés. C’est pour cette même raison d’ailleurs que le pape François n’a pas voulu se rendre en Argentine, présidée par Mauricio Macri”, a expliqué Leonardo Boff  à propos de l’invitation faite par le président Michel Temer au Saint-Père pour participer aux célébrations des 300 ans de l’apparition de Notre Dame d’Aparecida.

“Comment ne pas penser aux plus pauvres ?”

Le théologien souligne que dans le courrier adressé au président brésilien, le pape relève qu’on ne peut pas “ne pas penser à toutes les personnes, surtout les plus pauvres, qui très souvent se voient complètement abandonnées et qui payent le prix le plus amer et le plus déchirant provoqué par quelques solutions faciles et superficielles pour des crises qui vont bien au-delà de la sphère simplement financière.”

“Pas de visites dans les pays durs ou autoritaires”

Le pape François montre ainsi clairement qu’il tient au côté des victimes directement impactées par la politique du gouvernement. En venant au Brésil, il aurait légitimité cet état de fait, note Leonardo Boff. “Le théologien revient aussi sur le message de soutien du pape à Dilma Roussef avant sa destitution.

Pour Leonardo Boff, le refus du pape de venir au Brésil va bien au-delà. “Le pape envoie un message aux gouvernements qui mènent des politiques superficielles, qui génèrent des difficultés et de l’injustice pour les pauvres.”  (cath.ch/jcg/mp)


La Commission pastorale de la terre au Brésil (photo Jean-Claude Gerez)

Brésil : Pour la CPT, le port d’arme autorisé dans les campagnes est "un permis de tuer"

L'encyclique sur l'environnement du pape François, 'Laudato si' traduite en russe (Photo: flickr/erbajolo/cc)

Trois journées d’études sur Laudato Si’ à Rio de Janeiro

Actualités ›