International

Brésil: Mgr Paloshi, toujours à la tête de la défense des indigènes

Mgr Roque Paloshi, archevêque de Porto Velho, dans l’Etat du Rondônia, au cœur de l’Amazonie brésilienne, a été réélu pour quatre ans à la tête du Conseil Indigéniste Missionnaire (Cimi).

Le vote a eu lieu le 13 septembre 2019, en clôture de la 23ème Assemblée générale de cette entité liée à la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) qui s’est tenue du 9 au 13 septembre à Luziânia, dans l’Etat de Goiás, au centre du Brésil.

«Je me mets de nouveau au service du Cimi dans une perspective de solidarité et d’engagement pour la cause indigène, a déclaré Mgr Roque Paloshi. Nous devons faire preuve de courage dans ce moment de détresse que vit notre pays. Du courage pour les peuples indigènes, y compris au nouveau spirituel».

Et l’archevêque de Porto Velho de poursuivre: «Lors des maintes réunions préparatoire au Synode pour l’Amazonie, nous avons entendu de nombreuses clameurs. Faisons en sorte que la présence du Conseil Indigéniste Missionnaire dans les communautés indigènes soit une présence d’espoir, d’élan et de communion».

« Moments obscurs »

Lors de la cérémonie de clôture de l’Assemblée générale, Sœur Lúcia, religieuse franciscaine et vice-présidente de l’entité, également reconduite dans ses fonctions pour quatre années supplémentaires, a souligné que cette réunion du Cimi, « intervient dans un des moments les plus obscurs de la politique nationale, avec des répercussions extrêmement négatives sur les peuples indigènes, en plus des incertitudes et de la douleur ». Pourtant, la religieuse veut croire que « nous vivons également un moment de renaissance de l’espoir. Les missionnaires doivent être forts au côté des peuples indigènes ».

Les terres indigènes en feu

La 23ème Assemblée générale du Conseil indigéniste missionnaire s’est tenue alors que les menaces qui pèsent sur les peuples n’ont jamais été aussi fortes, notamment à cause des incendies qui ravagent la forêt amazonienne.

Ainsi, entre janvier et août 2019, d’après les relevés satellitaires de l’Institut national de recherches spatiales (INPE) brésilien, 9’078 départs de feu ont été enregistrés sur quelques 274 terres indigènes. Soit une augmentation de 88% par rapport à la même période en 2018. (cath.ch/jcg/rz)

Mgr Roque Paloshi, Président du Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI) | © Jean-Claude Gérez)
16 septembre 2019 | 10:28
par Jean-Claude Gérez
Brésil (285), CIMI (20)
Partagez!