International

Le Brexit pour réunir les protestants et les catholiques d'Irlande?

La décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne pourrait amener à la réunification de l’Irlande en réconciliant les protestants et les catholiques de l’île. L’Irlande du Nord a voté pour rester dans l’Europe et beaucoup d’unionistes ne voient plus leur avenir au sein du Royaume-Uni.

Des unionistes protestants ont récemment été vus faisant la queue, à Belfast, la capitale de l’Irlande du Nord, pour recevoir un passeport de l’EIRE, rapporte l’agence Reuters. Des catholiques nationalistes qui s’étaient jusque-là tenus assez tranquilles font désormais campagne pour une Irlande unie.

18 ans après l’accord de paix qui a mis fin à des décennies de conflit entre des catholiques nationalistes visant une réunification de l’Irlande et des protestants unionistes désirant rester au sein du Royaume-Uni, le Brexit a changé les données du problème. L’Irlande du Nord, comme sa voisine l’Ecosse, a voté pour rester dans l’UE, contrairement à l’Angleterre.

«J’ai toujours été un unioniste avec un petit ‘u’», affirme Christopher Woodhouse, un protestant de 25 ans habitant Belfast. «Mais je ne pourrais pas, en toute bonne conscience, dire que je voterais pour le maintien de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni», admet-il. «Je commence à me ranger à l’idée d’une unité irlandaise, pour des motifs purement économiques. Je suis un Européen.»

Rétablissement des frontières avec l’EIRE

Depuis longtemps, une forte majorité des Nord-Irlandais – parmi lesquels ont trouve presque autant de catholiques que de protestants – étaient pour demeurer avec le Pays de Galles, l’Ecosse et l’Angleterre, au sein du Royaume-Uni, estimant que le statu quo garantissait la stabilité et la prospérité. Mais maintenant, un nouveau centre d’intérêt commun se forme pour les personnes des deux confessions qui craignent l’incertitude économique que pourrait générer une sortie de l’UE.

Au-delà des considérations économiques, une des craintes est de voir apparaître des points de contrôle aux frontières avec l’EIRE, qui reste un membre à part entière de l’UE. Les politiciens pro-Brexit avaient assuré que la frontière irlandaise resterait ouverte une fois que le Royaume-Uni aurait quitté l’Europe. Mais les partisans du maintien affirment que cela est impossible si Londres veut limiter l’immigration des pays européens, dont les citoyens sont totalement libres d’entrer en Irlande du Sud. (cath.ch-apic/reu/rz)

L'Irlande du Nord garde toujours des traces du conflit entre catholiques et protestants (Giuseppe Milo/Flickr/CC BY-NC 2.0)
4 juillet 2016 | 10:16
par Raphaël Zbinden
Partagez!