International

Cardinal Grocholewski: Auschwitz, «mystère de la cruauté de l'homme»

A l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, le 27 janvier 2020, l’envoyé spécial du pape François, le cardinal Zenon Grocholewski, a déclaré que ce lieu mettait l’homme en face du «mystère» de sa cruauté.

Le cardinal polonais, préfet émérite de la Congrégation pour l’éducation catholique, fait partie des représentants et chefs d’Etat de divers pays présents sur les lieux du tristement célèbre camp de la mort nazi pour commémorer la libération du camp et rendre hommage aux victimes.

Construit en 1940 et initialement prévu pour 30’000 prisonniers, le camp d’extermination d’Auschwitz a accueilli 1,3 million de déportés jusqu’à sa libération le 27 janvier 1945 par les soldats soviétiques. Plus d’un million d’entre eux, dont 960’000 déportés juifs, n’en reviendront pas, notamment du fait de l’utilisation de chambres à gaz dans le cadre de la «solution finale» (en allemand «Endlösung»), ou la «solution finale à la question juive» – leur extermination – exécutée par les nazis et leurs supplétifs dans les pays occupés.

Une «idéologie qui mettait Dieu de côté»

Auschwitz met l’homme devant un «mystère», a jugé le cardinal Grocholewski dans un entretien avec le média italien ACIstampa: comment l’être humain peut-il atteindre «une telle dégradation de lui-même ?» Pour le prélat, la réponse peut se trouver dans le fait que le nazisme, comme le communisme, était une «idéologie qui mettait Dieu de côté».

En excluant à la fois Dieu et la vérité objective, l’homme se livre «à la plus terrible méchanceté, à l’injustice et au mépris de la personne humaine», a estimé le cardinal polonais. A rebours, il a proposé l’exemple de saint Maximilien Kolbe, envoyé au ‘bunker de la faim’ d’Auschwitz, un lieu de souffrance connu du camp de la mort, à la place d’un père de famille. Un «acte d’amour admirable» selon le cardinal polonais.

Maximilien Kolbe, envoyé au ‘bunker de la faim’ d’Auschwitz et décédé le 14 août 1941 | youtube

200 survivants présents à la cérémonie

«Les invités les plus importants sont les 200 survivants, anciens prisonniers du camp de concentration», a rappelé le cardinal Grocholewski. Leur témoignage est important pour ne pas oublier les crimes du nazisme.

«Il ne s’agit pas de quelques cas isolés, mais d’un nombre immense d’individus impliqués qui ont commis des cruautés inimaginables sur des personnes totalement innocentes», a déploré l’envoyé du pontife. C’est pourquoi Auschwitz est le «symbole de la réalisation du crime impitoyable contre l’humanité» commis par les nazis. (cath.ch/imedia/cd/be)

Camp d'Auschwitz, en Pologne.
27 janvier 2020 | 14:18
par I.MEDIA
Partagez!